Nouveau format des réunions du COPIL : les impressions du président

Alors que la Covid-19 continue d’impacter nos vies au quotidien, le Programme fait le maximum pour que les membres de la gouvernance puissent poursuivre leurs activités, en privilégiant les réunions virtuelles aux réunions physiques qui favorisent la promiscuité. C’est une expérience nouvelle, et chaque membre s’y est accommodé. Nous avons interviewé Bertin Olokawe, président du COPIL en exercice pour recueillir ses impressions.

Bertin Olokawe, président du Copil (c) PCPA Congo

La lettre du PCPA Congo (LPC) : De toutes les phases du PCPA-Congo, votre présidence du COPIL est la plus longue ; Dites-nous le secret de cette longévité ?

Bertin Olokawe (B.O) : Vous faites bien de le remarquer mais ce n’est pas le fait de ma volonté ni de celle de mes pairs du COPIL parce-que c’est une situation imprévue dictée par la pandémie de la Covid– 19. Elle nous impose des comportements et certaines restrictions dans notre façon de faire, pour l’application des mesures barrières et de la distanciation sociale.

Ceci dit, mes sentiments sont teintés d’une certaine ambivalence du simple fait que d’un côté, je peux me réjouir de rester aussi longtemps au sommet d’une si grande organisation. Mais de l’autre côté, c’est le regret de ne pas voir s’appliquer les règles de fonctionnement de notre gouvernance, notamment en matière d’alternance ou de présidence tournante comme nous en avons l’habitude.

LPC : D’habitude les réunions du COPIL se tiennent en présentiel. Aujourd’hui à cause de la Covid-19, elles se tiennent par conférences virtuelles. Comment appréciez- vous cette nouvelle pratique ?

B.O : La tenue des réunions par visioconférence est un choix, je dirais par défaut pour ne pas paralyser le fonctionnement de notre organisation que les effets de la lutte contre la pandémie du Covid- 19 n’ont guère épargné. Cela nous permet malgré tout d’évacuer certaines questions nécessaires au bon fonctionnement du PCPA-Congo. Les réunions en présentiel restent l’idéal car outre l’ambiance des retrouvailles physiques, elles nous donnent la possibilité de décider plus rapidement sur certaines questions avec une attention beaucoup plus soutenue et elles nous épargnent des aléas ou caprices de la technique. En effet, combien de fois les membres du COPIL n’ont-ils pas pu participer à certaines de nos réunions pour des problèmes de connexion au groupe, de réseau téléphonique et internet défectueux, de batteries d’appareils déchargées… De plus, les réunions du COPIL en visioconférence ne durent que quelques heures quelle que soit l’importance des sujets à traiter, où le volume de travail que cela engage.

LPC : Qu’est-ce qui vous manque des réunions en présentiel ?

B.O : Lors des réunions en présentiel, outre la chaleur des contacts physiques qu’elles procurent, elles nous permettent d’approfondir nos relations, de se connaître et de pouvoir lire l’attitude de chacun.

Enfin, l’ambiance des travaux, le brassage des cultures, des comportements, la durée normale d’une session du COPIL et son fonctionnement optimal, c’est ce qui manque en réunion virtuelle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :