La caravane de la dignité lancée par le CJID se poursuit dans les villages autochtones

Tout commence en début d’année 2020, alors que M. Merols Diabakana Diabs et les membres de son équipe se rendaient en mission de terrain dans le département de la Likouala, dans le cadre des activités du Programme Forêt et Diversification de l’Economie (PFDE). Ils ont été surpris de voir deux femmes non vêtues qui se mouvaient le long de la route la peau abîmée, probablement par des brûlures de soleil.

Après avoir observé puis questionné ces femmes pour savoir pourquoi elles n’étaient pas vêtues, ces dernières auraient fait savoir à l’équipe qu’elles voudraient bien se couvrir mais qu’elles n’en avaient pas les moyens, et qu’il en était de même pour tous les membres de leur campement, enfants, jeunes et vieux.

En effet, se vêtir est un besoin essentiel. Les vêtements protègent du froid et des mauvais rayons de soleil. Dans un élan de solidarité, quelques vêtements ont été remis afin qu’elles soient couvertes dignement. De là est née l’idée de faire une collecte de vêtements à grande échelle une fois de retour à Brazzaville, pour pouvoir redonner de la dignité à ses populations qui souffraient en silence dans le Congo profond.

L’appel avait été lancé sur les réseaux sociaux, et de bouche à oreille l’information a été divulguée par les membres et sympathisants de l’association. Plusieurs sacs de vêtements ont été collectés, et, la 1ere campagne de distribution s’est déroulée en mars 2020.

Distribution de vêtements au village Mobangui (c) photo : CJID / mai 2020

Ayant rencontrée un franc succès auprès des populations autochtones, celle-ci se sont passées le mot, si bien qu’il n’y en avait pas assez pour tout le monde lors de la 2e campagne de distribution en mai, tout juste après le confinement.

Bien que Mobangui et Vema soient les deux villages qui ont été les principaux bénéficiaires de cette caravane, cela n’a pas empêché les membres du CJID de servir également les communautés autochtones se trouvant le long de la route nationale lors de leur passage.

C’est ainsi qu’il eut une 3e puis une 4e campagne, respectivement en juillet pendant la saison sèche et en mi-septembre, tout juste avant l’arrivée de la saison des pluies.

Insertion professionnelle : une centaine de jeunes formés par le projet FIP Action d’ESSOR et du CJID

Le 25 septembre 2020 à Brazzaville, en présence du Directeur général de la formation qualifiante M. Fabrice Ngaboka Morossa, 120 jeunes âgés de 17 à 35 ans ont reçu leur certificat de fin de formation, dans le cadre du projet pilote « Formation- Insertion Professionnelles des jeunes (FIP/ Action) » financé par l’Agence française de développement (AFD), et mis en œuvre par l’ONG ESSOR en partenariat avec le Club Jeunesse Infrastructures et Développement (CJID).

C’est un programme multi-pays dont l’objectif est de faciliter durablement l’accès à la formation et l’insertion professionnelle des populations vulnérables par un travail pluri acteurs impliquant la société civile, le secteur privé et les autorités locales.

Un échantillon de lauréats lors de la cérémonie de remise des certificats (c) photo : ESSOR / septembre 2020

En effet, ces jeunes résidant dans les arrondissements 1 Makélékélé et 6 Talangaï ont été sélectionnés selon leur situation d’importante vulnérabilité socio-économique. Pendant 10 mois, ils ont bénéficié d’une formation professionnelle de leur choix (en coiffure-esthétique, pâtisserie, menuiserie, garnissage, assistanat de direction, ou hôtessariat d’accueil) spécifiquement conçue pour leur permettre d’acquérir non seulement un savoir-faire, mais aussi un savoir-être (relationnel, capacité à travailler en équipe, maitrise de ses émotions, capacité à s’adapter, etc.).

Ainsi, en plus d’avoir appris un métier, ces jeunes ont davantage confiance en eux et sont plus à l’aise dans les relations interpersonnelles. Certains ont muri leur projet professionnel grâce aux formations en entrepreneuriat, ce qui favorise leur intégration dans le monde du travail.

Azur DEV lance un Guichet Unique d’assistance aux jeunes filles dans la Bouenza

Dans le cadre de la mise en œuvre de son projet « Prévention des violences sexuelles et grossesses précoces ainsi que la protection des filles et adolescentes sur les IST, VIH/SIDA et les violences basées sur le genre » réalisé dans la Bouenza, AZUR Développement a récemment mis en place un guichet unique d’assistance en cas de violences faites à leur égard.

Le guichet unique est une structure d’accueil, d’information et de prise en charge globale des victimes de violences, qui travaille en collaboration étroite avec la police, la gendarmerie, les centres de santé ou les hôpitaux et le Tribunal.

Photo de famille après la formation des agents du guichet unique et de la police à Nkayi (c) photo : AZUR DEV/ juillet 2020

A travers ses services, les femmes et enfants victimes de violences de tout genre (sexuelle, physique, psychologique, économique et spirituelle), ont accès à une prise en charge psychologique, médicale, juridique et judiciaire.

Mis en place pour la première fois en 2014 à Pointe-Noire, avec l’appui de l’ambassade de France au Congo, ce projet bénéficie aujourd’hui d’un cofinancement de la délégation de l’Union Européenne au Congo, et s’est étendu à Brazzaville, puis récemment dans la Bouenza.

Lorsqu’il s’agit d’un cas de viol, les victimes sont encouragées à faire un test de dépistage du VIH dans les 72 heures qui suivent l’agression. Le paiement des consultations médicales, des examens biologiques et des médicaments, ainsi que le suivi sont à la charge du Guichet unique.

Lancement des activités de la CASA à Makoua

Tenue du 20 au 28 novembre 2020, la première activité publique de la Concertation des Acteurs du Secteur Agricole (CASA) a été une campagne de sensibilisation des jeunes de Makoua sur les opportunités qu’offre le travail de la terre et la nécessité pour eux de s’engager autour des groupements coopératifs.

Pour ce faire, le chef de secteur agricole de Makoua, M. Burget Robert Balonga et son équipe ont effectué des descentes dans les villages ci-après : Abela, Abenga, Atekou, Bokagna, Doua-Ofou, Emboli, Ifoura, Illembou-N’ogongo, Mbendze, Motsoumbé, Mvoula, Nietemboumbou, Okokoko-Ikoumou, Otala, Pamba-Odzaka, Talangai, Terre Mohali, et Tsiako.

Sensibilisation au village Doua -Ofou (c) photos : CASA / novembre 2020

Le but visé est de créer des opportunités d’auto-emploi en faveur des jeunes et d’augmenter de 50% la production agricole dans le district de Makoua grâce au rajeunissement des actifs agricoles et à la création des groupements coopératifs au profit des jeunes engagés dans l’agriculture.

Cette activité a permis de sensibiliser 261 personnes, tandis que 13 groupements agricoles ont été créés, au lieu de 10 prévus.

A propos de la structure

La Concertation des Acteurs du Secteur Agricole (CASA) est un outil de réflexion de partenariat public-privé pour le développement des activités agropastorales et halieutiques qui a été mis en place à Makoua sous l’initiative de l’Association Jeunesse Active De Makoua (AJAMO) qui est membre du PCPA Congo. Elle fait partie des 15 dynamiques collectives soutenues par le Programme dans le cadre de sa phase d’envol. Elle est constituée de 6 organisations membres dont 5 OSC et une institution publique. Ces membres sont : AJAMO ; Coopérative AVOUMBOU ; Association Femmes et Actions pour le Développement (AFAD) ; Coopérative des producteurs agricoles du Cacao (COPAC) ; Consortium des acteurs engagés pour le développement local (CAEDL) et le Secteur Agricole de Makoua.

L’ESCOMAD a officiellement lancé ses activités à Dolisie

Le 20 octobre 2020, les membres de la dynamique Espace de Concertation Multi-Acteurs pour le Développement (ESCOMAD) ont organisé leur première assemblée générale tournante, dans la ville de Dolisie, au siège de l’Association pour l’Assistance et le Développement des Jeunes Filles Mères (AADJFM).

Le lendemain, il s’est tenue une réunion d’information, d’échanges et de concertation avec les pouvoirs publics locaux sur les problèmes des artisans afin de mettre en place un cadre concertation multi-acteurs, visant à renforcer l’ESCOMAD, et à faciliter la mise en œuvre de son plan d’actions financé par le Programme concerté pluri acteurs (PCPA) Congo.

Photo de famille des participants à l’ Assemblée générale des membres de l’ESCOMAD à Dolisie (c) photo ; ESCOMAD / octobre 2020

Ensuite, une réunion de sensibilisation, d’échange et de concertation des associations et Organisations Professionnelles d’Artisans (OPA) sur « la faible participation de l’artisanat au Produit intérieur brut (PIB)[1] et le faible niveau de structuration des artisans en organisation professionnelle » a été organisée. En dehors des membres de la dynamique, 6 organisations y ont participé, dont 2 sont membres du programme. Ces dernières sont : l’Association des couturiers de Dolisie (ACD) et le Groupement des Artisans du bâtiment (GAB). Les OSC non membres du PCPA sont l’Association Ba mama balambi Kwanga (ABBK), l’Association des jeunes menuisiers (AJM), de la Chambre de Commerce d’Industrie d’Agriculture et des Métiers (CCIAM) de Dolisie et la Coopérative des Artisans pour le Développement de l’Artisanat (CADA).

Enfin, le diagnostic institutionnel de ces organisations a été élaboré, en se fondant sur la fiche ERO (évaluation rapide des organisations), outil élaboré par le PCPA Congo, permettant d’évaluer le niveau de structuration d’une organisation, ainsi que de déceler les faiblesses de celle-ci. Les informations recueillies seront utilisées, pour établir un plan de renforcement de capacités en vue de faire progresser ces organisations de la société civile en matière de structuration. À Pointe-Noire où le plan d’actions avait été lancé un peu plus tôt, les mêmes activités ont été réalisées.

A propos de la structure

L’Espace de Concertation Multi-Acteurs pour le Développement (ESCOMAD) est une des dynamiques locales sélectionnées et soutenue par le PCPA dans le cadre de sa phase d’envol. Le PCPA Congo soutient 15 dynamiques collectives dont 10 locales et 5 nationales. Son sujet de travail est la concertation multi acteurs pour accroitre la contribution de l’artisanat à la création d’emplois, à la diversification de l’économie locale et à la réduction de la pauvreté à Dolisie et à Pointe-Noire. Elle est constituée de 2 institutions publiques (les Directions Départementales de l’Artisanat et celles de la Jeunesse, de Pointe-Noire et de Dolisie) et de 4 organisations de la société civile dont 3 sont membres du PCPA : l’AADJFM, l’Association Congo Mod (ACM) l’Association Actions Jeunesse Emploi et Formation (AJEF) et l’Association des jeunes pour l’innovation au développement (AJID).


[1]   Le produit intérieur brut (PIB) est l’indicateur économique qui permet de quantifier la valeur totale de la « production de richesse » annuelle effectuée par les agents économiques (ménages, entreprises, administrations publiques) résidant à l’intérieur d’un territoire.

AJAMO désignée pour représenter le PADEC à Makoua et Owando

Depuis décembre 2019, une convention de prestation de service a été signée entre l’Association Jeunesse Active De Makoua (AJAMO) et le Projet d’appui au développement des entreprises et à la compétitivité (PADEC), un projet financé par un prêt de la Banque mondiale à hauteur de 15 millions de dollars (soit environ 14,6 milliards de Fcfa).

Le PADEC a été lancé officiellement le 7 juin 2019 pour permettre de revitaliser le secteur privé et améliorer l’environnement des affaires. Cette convention fait d’AJAMO un partenaire d’appui technique à la mise en œuvre (PATMOE) du Concours de Plans D’affaires (CPA) et du Fonds d’Appui au Développement des Petites et Moyennes Entreprises (FADPME), dans le département de la Cuvette, pour les villes de Makoua et Owando. Dans ce cadre, l’OSC est chargée des missions suivantes :

  • L’accompagnement au montage de dossiers de candidature des promoteurs de micros et petites entreprises au CPA, et de requête d’appui des micros, petites et moyennes entreprises auprès du FADPME ;
  • L’appui au renforcement des capacités techniques des promoteurs et entreprises enrôlés ainsi qu’à l’élaboration de leurs plans d’affaires par la formation, le mentorat, le conseil ou le coaching, dans le cadre du CPA ;
  • L’assistance et le suivi de l’utilisation des financements octroyés aux lauréats du CPA, et accompagnement dans son domaine d’agrément.

Pour Patrick Juvet Olebaka, coordonnateur de l’AJAMO, « c’est le PCPA Congo qui est au centre de tous les succès de notre association, notamment en termes de crédibilité et d’exemplarité, grâce à ses formations et l’accompagnement des animateurs de la cellule exécutive. » Ces faits confèrent à AJAMO une certaine notoriété dans la collaboration avec les pouvoirs publics, avec certains ressortissants de la localité et les partenaires techniques et financiers présents dans leur département.  En effet, la convention stipule que « les missions assignées à un partenaire dépendent de sa spécialisation et de son positionnement par rapport à d’autres partenaires dans la même zone géographique. »

Au total 95 candidatures ont été enregistrées, en raison de 55 à Owando contre 40 à Makoua. Après une autre sélection, les finalistes ont été coachés et/ou formés du 10 au 20 décembre 2020.

PDAC : AGRIDEV en appui aux agriculteurs dans les Plateaux et les deux Cuvettes

Mis en place par la République du Congo et la Banque mondiale, pour une durée de 5 ans (2017-2022), sur toute l’étendue du territoire, le Projet d’Appui au Développement de l’Agriculture Commerciale (PDAC) a pour objectif d’améliorer la productivité des agriculteurs et l’accès aux marchés de groupes de producteurs et des micros, petites et moyennes entreprises agroindustrielles, mais également d’apporter une réponse immédiate et efficace en cas de crise ou de situation d’urgence.

Dans le cadre de l’appui direct aux producteurs agricoles et aux micros, petites et moyennes entreprises agroindustrielles, les OSC et cabinets prestataires sont chargées d’accompagner les groupements dans la mise en œuvre de leurs plans d’affaires en appuyant des ingénieurs locaux et en effectuant des missions de suivi. Les groupements appuyés (coopératives, PME) portent des projets de pisciculture, élevage, agriculture, prestations diverses (labourage, réparation de matériel, etc.). Les ingénieurs affectés dans les départements font le suivi et l’encadrement des activités, la liaison avec les OSC/cabinets et sollicitent leurs interventions en cas de difficultés ; L’Association Congolaise pour le Développement Agricole (AGRIDEV), membre du PCPA, fait partie des OSC consultant auprès du PDAC.

Des premiers résultats

AGRIDEV, a été recruté en janvier 2020 en tant que prestataire pour couvrir les départements de la Cuvette, de la Cuvette Ouest, et des Plateaux pendant une année renouvelable. Une équipe de 5 personnes dont un chef de mission, une assistante administrative et 3 assistants terrain, appuie 27 ingénieurs agricoles répartis dans 27 districts sur les 3 départements d’affectation.  

  Visite d’un Champ de manioc/maïs du groupement Terre Promise à Djambala (c) photo : AGRIDEV / juillet 2020

Le cycle d’accompagnement se déroule sur 2 phases, une première phase d’accompagnement à la mise en œuvre pendant une année, des plans d’affaires sélectionnés après l’appel à proposition lancé en juillet 2019, et une deuxième phase d’appui au montage de plans d’affaires beaucoup plus courte, d’une durée de 3 mois, lesquels plans s’ils sont validés seront mis en œuvre l’année prochaine. Actuellement, sur les 27 districts, 200 groupements représentant 200 plans d’affaires et mobilisant une cinquantaine de femme sont suivis.

Parmi les difficultés, on note des problèmes d’ordres techniques tels que l’aménagement non prévu des systèmes d’irrigations, et ceux liés à la Covid-19 (comme le retard de paiement des ingénieurs, la réduction du personnel de suivi dans les antennes, et donc retard dans l’exécution du projet).

Malgré tout, dans les districts d’Abala, Djambala, Ewo, Makoua, Ngo, et Olombo, les premiers résultats des groupements (dont 3 groupements et 3 PME), en termes de production et de commercialisation, ont été visibles dès août 2020.

D’autres OSC du PCPA auprès des groupements 

Aux côtés d’AGRIDEV, d’autres OSC membres du PCPA accompagnent les agriculteurs dans les autres départements. Il s’agit de Congolaise Terre des Hommes Association (CTHA), le Forum des Jeunes entreprises (FJEC), et l’Association pour le Développement Urbain et Rural (ADUR).

MDA et son engagement dans la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG) depuis 2017

Les Violences Basées sur le Genre (VBG) constituent une violation majeure des droits de l’Homme et particulièrement des femmes, et un grand problème de santé publique selon l’Organisation mondiale de la santé. L’OMS indique que 35 % des femmes à l’échelle mondiale disent avoir été exposées à plusieurs types de violences (physiques, sexuelles, psychologique, économique, …) de la part de leur partenaire intime ou de quelqu’un d’autre, à tout moment (en temps de paix et de guerre) et en tout lieu (maison, école, rue, travail, etc.).

Ces violences prennent leurs racines dans les relations inégalitaires entre les femmes et les hommes, basées sur des croyances individuelles et des normes sociales, avec des facteurs aggravants comme : la pauvreté, l’insécurité due au contexte politique ou à l’absence d’infrastructures de base, l’impunité due à la faiblesse du système juridique/ judiciaire, la délinquance, la consommation des drogues, de pornographie et l’ignorance par les femmes et les hommes des droits des femmes et des lois qui les protègent.

C’est dans cette optique qu’une action de taille a été confiée à Médecins d’Afrique (MDA) par le Fonds des nations unies pour la population (FNUAP) pour sa mise en œuvre. Il s’agit de fournir des services de santé de la reproduction et de lutte contre les violences basées sur le genre au profit des communautés et des formations sanitaires situées dans les zones vulnérables. Cependant, pour lancer ces différentes activités, un certain nombre de dispositions devraient être prises notamment : le renforcement des capacités de tous les intervenants dans la chaîne de prise en charge des victimes de ces violences.

Ainsi, en mars 2017, un total de 16 personnes exerçant la profession d’agent psychosocial et de relais communautaire dans les localités de Loutété et Yamba (Bouenza) ont été formées sur la prévention et l’accompagnement communautaire des victimes / survivantes des violences basées sur le genre (VBG).

Cette formation s’est poursuivie à Brazzaville en juin 2018, avec les officiers de police judiciaire des commissariats de police (Sud, Nord et centre) et quelques membres de la société civile. La formation a été couplée à celle de la lutte contre la stigmatisation et la discrimination liées au VIH. 20 personnes y ont pris part.

Photos de famille des participants à la formation des officiers de police judiciaire des commissariats (c) photos : MDA / juin 2018

En juin 2019, alors que le département du Pool est sujet à des violences armées, l’association MDA a jugé nécessaire de former les agents de santé, les agents psychosociaux, et les relais communautaires. Au total 134 personnes ont été formées sur la prévention et l’accompagnement communautaire des victimes des violences basées sur le genre (VBG).

En outre, l’expérience a été démontré que le changement climatique a un impact négatif sur de nombreux secteurs, y compris la pêche, l’élevage, l’agriculture, et tend à aggraver les vulnérabilités et les risques de violence. C’est ainsi que, pour prévenir les risques de violences faites aux femmes dans les départements de la Cuvette, de la Lékoumou, de la Likouala, des Plateaux, et de la Sangha qui ont connu en décembre 2019 des pluies torrentielles entrainant de grandes inondations et un déplacement des populations, MDA a procédé à la formation à la prévention des VBG et aux techniques de santé de la reproduction de 190 personnes exerçant les professions d’agent de santé, de relais communautaires ou reconnus comme leaders dans les localités de Betou, Bouemba, Impfondo, Loukolela, Makotopoko, Mossaka, Mpouya, Ouesso et Sibiti, , en février 2020. Par ailleurs, le Gouvernement Congolais a même

En plus des formations pour lutter contre les violences et les discriminations basées sur le genre, MDA a également organisé plusieurs formations pour promouvoir l’utilisation des médias sociaux dans la lutte contre le VIH/SIDA, dans le but de toucher et d’informer un public jeune et connecté au sujet de la maladie, et des services de prise en charge/ dépistage.

Interview : Agnès Koubikani de l’ANEP parle de son partenariat avec le CFSI et MDA

Portrait d’Agnès Koubikani (c) photos : PCPA Congo / Juillet 2020

Comment ce partenariat a-t-il débuté ?

Les relations de partenariat avec le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) ont commencé depuis le programme Dialogue citoyen (2004-2006), mis en œuvre entre le CFSI et le FJEC (Forum des jeunes entreprises du Congo). Ce programme a créé des espaces de dialogue sécurisé entre société civile, et a permis à des OSC d’être associées à la préparation du premier Document cadre de réduction de la pauvreté (DSRP) adopté en mars 2008. Un document qui a permis de décliner les priorités de développement sectoriels en République du Congo. L’Association Nationale pour l’Education Prénatale (ANEP)-Congo a participé à ce programme en tant que membre de la Plate-forme Pauvreté-Santé-Education de Pointe Noire.

Au début du programme concerté pluri acteurs (PCPA) Congo, l’ANEP a commencé à expérimenter le partenariat contractuel avec le CFSI, par le financement de la plate-forme pour le projet « Plaidoyer sur la santé à l’école dans six écoles pilotes du département de Pointe-Noire ». Ce projet a été financé par le PCPA Congo en 2009. En dehors de la plate-forme, dans la même période, l’ANEP Congo a bénéficié d’un second projet intitulé « Projet d’appui à l’éducation alternative des jeunes déscolarisés et non scolarisé de Mvou-Mvou ».

Lorsque le PCPA a lancé le regroupement des membres en plateformes thématiques en 2011, l’ANEP Congo a poursuivi son travail sur la « Problématique de la promotion de la santé en milieu scolaire ».

Ensuite, le CFSI a choisi ANEP Congo comme partenaire pour la mise en œuvre du projet « des plateformes thématiques structurées et pérennes pour le dialogue société civile et Pouvoirs publics en république du Congo ». Ce projet a été cofinancé par l’AFD et l’Union européenne dans le cadre de son programme PAREDA[1]. Il avait pour objectif de renforcer les dynamiques collectives structurantes et durables au sein de la société civile congolaise, en vue de sa participation à l’élaboration et au suivi des politiques publiques dédiées à la lutte contre la pauvreté et les inégalités.

Enfin la construction de ce partenariat s’est poursuivie jusqu’à ce jour, le CFSI a de nouveau choisi l’ANEP et une autre OSC congolaise (MDA)[2] pour être codemandeurs dans le cadre du projet intitulé « Agir ensemble pour la défense des droits des minorités et des groupes vulnérables », du Programme concerté pluri-acteurs Congo (PCPA Congo) qui bénéficie d’un soutien financier de l’Union européenne, de l’Agence Française de Développement et du CFSI.

Comment l’avez-vous vécu dans le cadre du projet IEDDH « Agir ensemble pour la défense des droits des minorités et des groupes vulnérables » ?

Pour l’ANEP-Congo ce partenariat nous a permis d’expérimenter l’approche fondée sur les droits. Cette approche du développement en termes de droits s’appuie sur les droits et libertés (droits civils et politiques) mais aussi sur les droits économiques, sociaux et culturels. Elle repose sur (i) le cadre juridique national qui doit garantir les droits universels, (ii) l’application de la loi avec des mécanismes de contrôle indépendant de l’Etat et (iii) l’accès et la connaissance par les citoyens de leurs droits.

Ce projet a été une satisfaction tant pour ses bénéficiaires, ses animateurs que nous (CFSI, ANEP Congo et MDA) en tant que porteurs. En effet, sa réussite réside également dans le fait que nous étions organisés pour faire des temps de bilans réguliers, se former et accompagner à certains moments directement des activités. Nous nous sommes enrichis mutuellement, et nous avons également beaucoup contribué par nos connaissances à la fois du monde des organisations de la société civile (OSC), des groupes vulnérables et des administrations publiques qui sont à nos côtés.

Dans nos partenariats, l’ANEP-Congo au-delà de la méthode employée, développe une parole consensuelle, qui repose sur le respect mutuel et le respect des clauses contractuelles.

Quelles ont été les difficultés rencontrées ?

Nous n’avons pas connu de véritables difficultés dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet avec nos partenaires (CFSI et MDA). Nous avons su nous comprendre dans la mise en œuvre de notre partenariat et nous faire écouter lorsque nos attentes n’étaient pas entièrement satisfaites.

Quelques désagréments rencontrés, du fait de l’éloignement géographique de l’animatrice de l’ANEP, ce qui l’a empêché d’être présente régulièrement auprès de la cellule exécutive du PCPA comme en avait la possibilité l’animateur de MDA. 

Enfin, nous aurions voulu que ce partenariat s’inscrive dans la durée, en effet, il n’a concerné que le projet « Agir ensemble pour la défense des droits des minorités et des groupes vulnérables ». Ce qui signifie que ce qui nous lie étant arrivé à son terme en mars 2020, le partenariat a pris fin. Or, il aurait fallu anticiper pour qu’il soit évolutif dans une optique de transfert de compétences et favorise encore davantage l’ancrage des deux associations congolaises partenaires.

Quels ont été le rôle et missions de l’ANEP-Congo dans le cadre de ce partenariat ?

L’ANEP-Congo et MDA, codemandeurs, du projet « Agir ensemble pour la défense des droits des minorités et des groupes vulnérables » ont apporté leurs connaissances du contexte et leur expertise d’appui et de défense des groupes vulnérables. Nous avons participé à la conception du projet (de la note conceptuelle au formulaire complet/ détaillé du projet) comme à la mise en œuvre de ses activités.

Vous avez été codemandeur aux côtés de l’association Médecins d’Afrique dans le projet « Agir ensemble pour la défense des droits des minorités et des groupes vulnérables », mis en œuvre par le PCPA Congo, comment appréciez-vous ce partenariat ?

Dans le cadre de ce partenariat nous avons appréciez les rapports de collaboration, la complicité de nos démarches, le partage et l’échange en permanence sur toutes les questions liées aux codemandeurs et au projet. Dans ce partenariat, l’animatrice de l’ANEP a beaucoup bénéficié de l’expérience de l’animateur de MDA en matière d’animation. Actuellement, elle est très motivée pour s’affirmer dans l’animation car elle possède maintenant plus de techniques et de compétences relatives au métier d’animation.

Est-ce que maintenant que vous avez appris à travailler ensemble durant 3 ans peut augurer un partenariat durable à l’avenir ?

Tout d’abord, ce n’est pas la première fois que l’ANEP travaille avec Médecins d’Afrique. La relation partenariale, avec Médecins d’Afrique date de plusieurs années. Nous avons déjà travaillé avec Médecins d’Afrique dans le cadre de la mise en œuvre de projets de prise en charge des Orphelins et autres Enfants Vulnérables à partir de 2005, mais aussi dans le cadre du programme de lutte contre le paludisme (2011), sur financement du Fonds Mondial, avec le Ministère de la Santé et de la Population.

Pour l’ANEP-Congo, la collaboration dans le cadre du PCPA n’a été qu’une continuité des liens existants et qui renforcent la dynamique de partenariat. Celui-ci est un processus, basé sur la complémentarité des expériences, des valeurs partagées (comme le consensus), des buts communs et la responsabilisation de chacune des parties. Ce partenariat ANEP- Congo -MDA s’est installé dans la durée. En vue de sa pérennisation, nos deux organisations réfléchissent sur une stratégie de fonctionnement en toute autonomie après le retrait des partenaires traditionnels. Car nous savons tous que le PCPA est un outil de renforcement indispensable pour la promotion des OSC du Congo.

Pensez-vous poursuivre votre engagement ensemble pour la protection des groupes vulnérables au Congo ?

Oui pourquoi pas ! Nous avons déjà collaboré dans ce sens et avons l’avantage de connaitre ces groupes vulnérables pour avoir travaillé dans la cadre de ce type de projets. Et puis, nous avons plusieurs thématiques de travail et certains groupes vulnérables communs.

Actuellement nous préparons un programme pour l’accompagnement des populations autochtones ; l’ANEP-Congo travaillera sur la thématique alphabétisation, MDA dans le domaine de la santé et l’Association Professionnelle pour la Valorisation des Produits Forestiers Non Ligneux (APVPS) dans la prise en charge de l’identité et la citoyenneté (les actes de naissances, les cartes nationales d’identité, et autres pièces d’état civil).


[1] PAREDA : Projet d’Actions pour le Renforcement de l’Etat de Droit et des Associations. Il a été financé par le 10ème Fonds Européen de Développement (FED).

[2] MDA : Association Médecins D’Afrique.

Tenue de la formation interdépartementale sur la communication

Dans son objectif de rendre l’action de la société civile plus visible, le PCPA Congo a organisé, en s’appuyant sur France Volontaires, une formation sur la communication interne et externe dans ses territoires de mise en œuvre, du 07 au 15 décembre 2020.

Pour participer à cette formation gratuite, chaque membre a dû répondre à un l’appel à candidatures en remplissant une fiche permettant de connaître ses motivations, le choix de son représentant à la formation et le rôle de ce dernier au sein de l’organisation. Au total 66 dossiers de candidatures ont été reçus ; la formation s’est déroulée en 2 jours dans chacun des territoires concernés.

Vue de la salle pendant la formation à Djambala (c) photos : PCPA Congo / Décembre 2020

A Brazzaville, Djambala et Ouesso elle a été assurée par Eugénie Gruais, chargée de communication chez France volontaires Congo ; Tandis que Biberic Lokwa, coordonnateur de l’Association des Jeunes Entrepreneurs du Numérique au Congo (AJENC), membre du réseau de volontaire congolais s’est occupé de la même mission à Dolisie, Madingou et Pointe Noire.

Cette formation avait pour objectif de donner aux participants les capacités pour mieux communiquer sur les actions de leurs OSC envers le grand public (exemple : les médias, population cible) et les pouvoirs publics.

Rappelons qu’en 2019, chaque département de mise en œuvre du PCPA a procédé à la définition et la validation du plan de renforcement local des capacités ; Plusieurs OSC membres avaient manifesté le besoin d’un appui sur les fondamentaux de la communication à la fois interne et externe.