Covid-19 : Actions des membres dans le département du Niari

  • Les membres de l’Espace des Jeunes pour l’Innovation et le Développement (EJID) ont mené des activités de sensibilisation à la Covid-19 dans les quartiers de Tahiti, Passi Ngolo et Dimébéko avec les populations autochtones qui résident à Dolisie.
  • Le Réseau des Soins Préventif et de Proximité (RSPP) a été officiellement impliqué dans la Commission « communication » de la commission locale de riposte à la Covid-19 du district de Mayoko. Il a ainsi pu mener une sensibilisation sur les mesures barrières

Covid-19 : Actions des membres dans le département des Plateaux

  • Plusieurs OSC, toutes membres du PCPA – Congo ont tenu des échanges réguliers dans le cadre du Réseau des Association de Djambala (RAD), afin de mener un plaidoyer pour la prise en compte des OSC dans le plan local de riposte à la Covid-19.
  • Le Conseil départemental a sensibilisé son personnel sur la Covid-19, en tant que membre de la commission locale de riposte.
  • Le Conseil Régional pour la Santé l’Agriculture et la Population (CRSAP) a fait du porte à porte pour sensibiliser les populations du quartier Gambao de Djambala où est situé le siège de l’OSC, avec l’accord de son chef de quartier

Covid-19 : Actions des membres dans le département de Brazzaville

  • L’association Actions des éducatrices pour le développement (AED) a fait de la sensibilisation pendant le confinement, au niveau de son siège situé au Plateau des 15 ans sur l’avenue principale, les jours de marché (2 fois par semaine) avec les mégaphones et les prospectus donnés par l’UNICEF et ont pu distribuer des masques à des enfants les plus vulnérables à Brazzaville comme l’ont fait leurs animatrices dans le Pool.
  • L’Association Handicap Afrique (AHA) fait du soutien psychologique auprès des personnes en situation de détresse sociale ; elle reste en attente d’une suite du ministère des Affaires sociales qui les avait recensés comme organisation de support dans le cadre de la prise en charge des personnes traumatisées des suites de la Covid-19.
  • L’observatoire congolais des droits des consommateurs (O2CD) a mené plusieurs actions de plaidoyer dont deux ont trouvé gain de cause auprès des pouvoirs publics. Il s’agit de :
      • la stabilisation des prix des denrées alimentaires et des produits sanitaires liés à la prévention contre le Covid-19 (masques, gels hydro- alcooliques). Voir la synthèse de la consultation des membres, je pense qu’on a été plus détaillé.
      • La suspension des échéances de paiement des consommateurs (personnes physiques et morales) ayant contractés des crédits.
  • La Concertation Nationale des organisations Paysannes (CNOP) Congo a sensibilisé les agriculteurs sur les mesures barrière et a fait un travail de veille sur la bonne application des textes mis en place par le gouvernement afin de favoriser la production des denrées alimentaires locales. Elle a réceptionné les états de besoins des producteurs pendant le confinement et les a transmis au ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche. Grâce à sa veille, les coopératives productrices ont pu utiliser des copies de leurs agréments en guise de laisser passer pour se déplacer en véhicule pour transporter facilement leurs produits pendant le confinement.
  • Le Réseau des Intervenants sur le Phénomène des Enfants en Rupture (REIPER) mène des activités de sensibilisation sur les mesures barrières dans 8 centres d’accueil à Brazzaville et 6 à Pointe-Noire ainsi que des activités de prévention, de référencement et de prise en charge des enfants vulnérables contre les risques sociaux liés au Covid-19, en partenariat avec la Direction Départementale des Affaires Sociales et l’UNICEF.
  • La Congolaise Terre des Hommes Association (CTHA) mène une activité de promotion du jardin de case (potager) pour l’indépendance alimentaire auprès des bénéficiaires du projet Lisungui afin de faire face à la crise alimentaire à la sortie du confinement.
  • En plus de la sensibilisation aux mesures barrières, l’Association Enfance Créatrice de Développement (ENCRED) fabrique des masques et les distribue à ses bénéficiaires aux membres de leurs familles respectives. Elle procède également au soutien d’une centaine d’enfants vulnérables parrainés ainsi que de leurs familles à travers des dotations en vivres et matériels d’hygiène.
  • L’association des Petites Sœurs Dominicaines en République du Congo (APSDC) a mené des activités de sensibilisation aux mesures barrières au sein de ses centres de santé, et a aidé les parents des enfants autistes à mieux prendre en charge leurs enfants pendant le confinement.
  • L’association Médecins d’Afrique (MDA) a organisé des formations pour le personnel de ses centres de santé à Kombé, Mikalou et Moungali.

Covid-19 : Actions des membres dans le département de la Bouenza

  • L’Association des Filles Mères Désœuvrées De Mouyondzi,(AFMDM) s’est associée à la Communauté urbaine de Mouyondzi pour la sensibilisation sur les mesures barrière à respecter par les populations.

 

  • L’Association pour la Protection des Droits des Peuples Autochtones et Personnes Vulnérables (APDPA-PV) fait de la sensibilisation sur les mesures et gestes barrières aux populations autochtones de Nkayi et aux jeunes filles vulnérables.
  • L’Association des femmes pour le développement de la Bouenza (AFDB) fait un appui psychologique à travers des visites à domicile auprès des personnes vivant avec le VIH (PVVIH) ayant fait une rechute.  La mauvaise observance du traitement et une mauvaise alimentation sont les principales causes de la rechute, mais elle peut aussi être due à un traitement mal adapté ou une résistance à ce dernier. Pour ces personnes en particulier et pour éviter de nouveaux cas de rechute l’OSC est à la recherche d’appuis alimentaires.

Covid-19 : Actions des membres dans le département de Pointe Noire

  • L’Association des jeunes pour l’innovation et le développement (AJID) participe à des campagnes de sensibilisation sur les gestes barrières avec les chefs des quartiers 607, 315 et 316. L’OSC a également procédé à une dotation de matériel en tissus et élastiques aux artisans locaux pour la fabrication de masques. Depuis peu, elle effectue des prestations de désinfection de locaux, en consortium avec l’Association pour la Nouvelle Vision (APNV) et le Groupement des Opérations Ponctuelles (GOP).
  • L’Association congolaise pour le bien-être (ACBEF) a fait de la sensibilisation sur les mesures barrières aux patients de sa clinique et à un plus large public à travers les médias (radio du Centenaire, radio Ponton FM, télé TPT). L’OSC a mis en place un dispositif SMS Alerte sur la Santé Sexuelle et de la Reproduction (SSR) pour répondre aux interrogations des jeunes et adolescents sur la SSR et le Covid-19. 5 de ses animateurs sont désormais mis à disposition de la Commission départementale de sensibilisation sur le Covid-19 supervisée par la préfecture de Pointe Noire.
  • L’Association de Promotion et de Prestation des Soins de Santé (APPSS) fait de la sensibilisation des populations fréquentant leur centre de santé situé au quartier Ngoyo cote Mateve de Pointe Noire. Par insuffisance des masques, l’équipe du centre fabrique des masques traditionnels avec du papier essuie tout, des élastiques et des agrafes. Elle sollicite un soutien extérieur.
  • L’Association Nationale pour l’Education Prénatale (ANEP) fait de la sensibilisation à travers 5 de ses animateurs mis à la disposition de la Commission préfectorale de riposte au Covid-19 qui est un consortium monté avec 20 organisations sous le label de la préfecture du Kouilou.
  • L’association Psy-Aides (PSA) fait de la sensibilisation sur la Covid-19 auprès de ses bénéficiaires.
  • L’association Congo MOD (ACM) a été sélectionnée pour la production des masques artisanaux homologués par le gouvernement, et a reçu une commande de 21.600 masques par la Chambre de commerce de Pointe Noire ainsi que de 1.000.000 masque par le Ministère de l’artisanat, en vue de fournir Pointe Noire, le Kouilou et Dolisie.
  • L’Association de Défense des Droits des Consommateurs du Congo (ADDCC) fait de la sensibilisation sur les mesures barrières contre le Covid-19 et lutte contre la vie chère (prix du transport et des denrées alimentaires) à travers différents plaidoyers.

Covid-19 : Actions des membres dans le département de la Cuvette

  • À Makoua, l’Association des personnes handicapées de Makoua (APHM) sensibilise les personnes vivant avec handicap sur les mesures barrières pour la lutte contre la Covid-19, à travers la radio Akwa penda (radio locale).
  • Au village Mvoula où se situe le siège de l’association, les membres de l’Association Jeunesse Active de Makoua (AJAMO) ont relayé des informations sur les mesures prises sur la Covid 19.
  • L’Association des consommateurs d’eau et d’électricité du district de Makoua (ACEEM) a mené une veille informationnelle et a diffusé les informations collectées, notamment sur les modalités de gratuité de l’eau et de l’électricité pendant la période de confinement.

Appel à dynamiques collectives

Le PCPA lance un appel à manifestation d’intérêt aux dynamiques collectives, constitués localement ou nationalement. Il s’agit de pouvoir accompagner des initiatives issues des OSC autour de sujet d’intérêt locaux ou nationaux et qui perpétuent la culture de concertation qui prévaut au PCPA.

Appel à manifestation d’intérêt aux dynamiques collectives 

Pour avoir communication des éléments à fournir et obtenir plus d’information sur la démarche, merci de contacter la cellule exécutive. Des réunions d’informations sont prévues dans les localités couvertes par le programme.

Appel à consultant pour étude d’impact du PCPA Congo

 

Actualités

bannière programme

Appel à consultant pour étude d’impact du PCPA Congo

06/11/2019
logo PCPA Congo
Initié en 2008, le Programme Concerté Pluri-Acteurs Congo Congo a pour objectif général de participer à la lutte contre la pauvreté et contre les inégalités au Congo Brazzaville, par le renforcement de la société civile congolaise dans sa capacité à participer à l’élaboration et au suivi de dialogues de politiques publiques davantage en conformité avec les besoins réels des populations. Le PCPA Congo est mis en oeuvre dans les départements de la Bouenza, de Brazzaville, de la Cuvette, du Niari, des Plateaux, de Pointe Noire et de la Sangha.
Entre 2014 et 2018 le PCPA s’est fixé pour objectifs :
  • le renforcement de la crédibilité et de l’efficacité des organisations de la société civile par différents mécanismes (formations, outils d’autodiagnostics, accompagnement au montage et à la gestion de projets autour de stratégie de renforcement qu’elles ont elles mêmes définies) ;
  • le soutien à des projets en consortium menés entre OSC sur les sujets de leurs compétences, pour gagner en expertise, apporter un service aux populations, défendre les droits humains et porter des stratégies de plaidoyer ;
  • le développement du dialogue entre les OSC et les pouvoirs publics à travers la mise en oeuvre conjointe de projets de développement au niveau local et à travers des réunions de concertation avec les pouvoirs publics locaux sur la mise en oeuvre de la décentralisation au Congo.
Durant cette phase, le programme a expérimenté le développement de l’approche basée sur les droits en direction de groupes vulnérables ; il a pâti de difficultés budgétaires et de la crise politique et économique qui l’ont empêché de consolider cinq plates-formes thématiques et l’émergence de leaders associatifs.
La phase de sortie (2019 – 2021) vise à :
  • accompagner des plans d’actions locaux de renforcement des OSC ;
  • consolider des dynamiques collectives entre OSC et expérimenter des stratégies d’influence des politiques publiques ;
  • pérenniser les acquis du PCPA (capitalisation, visibilité des OSC, services rendus, gouvernance collective).
le PCPA Congo souhaite lancer une étude d’impact qui portera sur les derniers dix-huit mois. C’est un exercice qui vise plusieurs objectifs :
  • donner à voir les résultats et effets du programme en portant un regard critique sur ses choix (gouvernance, appuis méthodologiques…) à destination des principales parties prenantes (cellule exécutive locale, CFSI, bailleurs, membres du programme, partenaires et associés) ;
  • nourrir la réflexion menée au sein de l’AFD et des ONG sur l’adéquation entre ce type de programme et la mesure de leurs impacts et effets. Les problématiques liées à la définition des indicateurs d’impact et ses résultats seront partagés avec l’AFD.
L’étude d’impact devra porter sur les trois éléments suivants :
  • Les dynamiques collectives que le PCPA a contribué à renforcer : lesquelles ? pourquoi ? avec quels résultats (entre OSC, mais aussi, en termes d’impact socio-économiques sur les bénéficiaires des actions) ? Quelle pérennité possible ? Quelles alliances aujourd’hui et futures ? Quel impact des collaborations entre organisations congolaises et françaises ? L’appui à la structuration de différents collectifs et plateformes au niveau local et national fera partie des processus étudiés.
  • Le dialogue avec les pouvoirs publics, au niveau local, national : qui en a l’initiative ? Quels intérêts communs ? Quelle contribution à l’action publique ? Aux politiques publiques ? En quoi l’approche par les droits a-t-elle diversifiée les stratégies d’influence des OSC auprès des pouvoirs publics ?
  • L’impact du PCPA sur l’émergence de leaders locaux : lesquels ? comment ? Quelle prise en compte du genre et de la jeunesse ?
Les termes de référence concernent l’étude d’impact du PCPA Congo (2008 –2021)
Cette étude d’impact prendra en compte les données du suivi-évaluation en continu mis en place lors de la phase précédente, les résultats des différentes capitalisations effectuées ; elle pourra aussi s’appuyer sur les résultats, connus en janvier 2020 d’une capitalisation portant sur l’ensemble des PCPA actuels ou passés, commanditée par l’AFD, et qui documente leurs points communs et divergents sur cinq champs : (i) les prérequis, (ii) le membership, (iii) la gouvernance, (iv) la communication et valorisation, (v) les stratégies de pérennisation. Les champs iii, iv et v pourront être particulièrement utiles.
Cette étude doit permettre de mesurer et documenter les acquis du programme, d’en apprécier l’impact, et, de pouvoir donner au comité de pilotage des clés de compréhension à un an du terme pour permettre d’accentuer certains aspects révélés par les indicateurs d’impacts.
Présentation synthétique de la logique d’intervention
L’Objectif global est de contribuer au renforcement de la société civile congolaise engagée dans la lutte contre les inégalités et la pauvreté, à sa reconnaissance et à sa capacité de dialogue avec les pouvoirs publics.
Indicateur d’impact du projet : au moins un tiers des membres du PCPA sont engagés dans des cadres de concertation collectifs qui dialoguent avec les pouvoirs publics.
Les indicateurs d’impact devront être identifiés avec le comité de suivi en début de processus avec l’appui du/des consultant(s) afin de faire l’objet de mesures à différents moments de la mission.
Calendrier indicatif de l’évaluation
  • Date limite de dépôts des offres : 2 janvier 2020
  • Entretiens de sélection : semaine du 13 janvier 2020
  • Réponses données aux consultants : 25 janvier 2020
  • Entretien à Paris avec les sélectionnés : du 7 au 14 février 2020
  • Mise en oeuvre de l’évaluation : 1er mars 2020–31 décembre 2021
  • Remise du rapport final : septembre 2021.
  • Restitution finale à l’assemblée plénière du programme : novembre 2021.
Candidature
Le dossier de candidature est composé de :
  • Un curriculum vitae
  • Une note méthodologique incluant un calendrier
  • Une offre financière
  • La déclaration d’intégrité (jointe à ces termes de référence)
Le dossier est à envoyer par courrier électronique à:
frey@cfsi.asso.fr et coord_pcpacongo@yahoo.fr avec la référence « Etude d’impact PCPA Congo ».

Le PCPA relance deux recrutements

Afin de mener à bien ses missions pour sa phase de sortie, le programme concerté pluri-acteurs Congo recrute les trois profils de postes ci-après. L’appel à candidature est ouvert dès à présent et jusqu’au 31 mai 2019 inclus.  Les modalités de candidatures sont précisées dans les offres.

FJEC-relance-recrutement-resp-dynamiques-collectives-formation

FJEC-relance-recrutement-chargé-de-valorisation