Répondre aux défis locaux

Le PCPA entend renforcer la contribution de la société civile congolaise au développement des territoires en lien avec les collectivités territoriales.

De la concertation…

En 2013, des réunions locales ont permis d’informer les acteurs et populations sur la citoyenneté et la décentralisation en cours au Congo.

Depuis 2014, des diagnostics et des concertations par zones puis par territoires ont été lancés et ont réuni les pouvoirs publics locaux, les organisations de la société civile, les représentants des populations et les animateurs du programme afin d’identifier des problématiques prioritaires d’intérêt général puis de monter des projets collectifs.

Le processus a été long et a respecté le temps des dynamiques locales. La participation des populations et l’implication des élus étaient indispensables pour le déroulement du processus. Ainsi, des temps longs d’explications de la démarche et des objectifs visés ont été nécessaires.

Comment se sont déroulées les concertations? Quelles ont été les difficultés?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Hervé Debranze Mvoula, Agent de la Mairie de Nkayi

« Au départ, il y a eu des réticences des populations à participer aux concertations. Elles n’avaient pas l’habitude. Mais au final, ceux qui ont participé, se sont rendu compte que c’était même la meilleure façon de pouvoir régler leurs problèmes. Cela a donc été accepté, et donc après nous n’avons pas eu de difficultés. Dès le début, on a invité les élus locaux. Certains ne sont pas venus, mais par la suite, avec les comptes rendus des autres, ils ont été émerveillés et ont déclaré que finalement, c’est la bonne façon car on touche directement les problèmes des populations. Avant, c’était l’Etat qui décidait qu’il fallait faire un projet, sans savoir si c’était vraiment le besoin des populations. Celles-ci acceptaient cela. Moi-même avec le PCPA j’ai ouvert les yeux ; il est mieux de commencer par les étapes de concertation. Aujourd’hui c’est accepté par tout le monde ».  (février 2016)

Les témoignages des élus sont aussi positifs : le PCPA les a dotés d’outils méthodologiques qui leurs permettent de les rapprocher des populations.

Victorine, Conseillère municipale de Nkayi, Collectivité territoriale, Membre du PCPA
Victorine Mponi, Conseillère municipale, Chef de service des recettes, Collectivité territoriale de Nkayi, membre du PCPA

 « Cela m’a évidemment rapproché des populations, car en tant qu’élus, on est obligé de rendre compte aux populations. Avec le PCPA et la concertation, je suis allée voir les populations, je suis très ravie, car c’est ainsi qu’on peut aller de l’avant ». (février 2016)

 

 

 

 

Raymont
Raymond Mboungou Mboungou, Conseiller municipal, élu de l’arrondissement 3 de Tié-Tié à Pointe Noire

« J’ai eu l’opportunité de participer au séminaire du PCPA au cours duquel j’ai appris comment faire émerger des projets, de la réunion zonale au plus haut niveau. Cela m’a beaucoup édifié et cela nous a permis d’expérimenter cela dans le cadre de la préparation du programme triennal de la Mairie où nous avons expliqué le processus et le Conseil municipal a adopté la méthodologie du PCPA.

L’idée est que le projet soit choisi par le citoyen depuis la base : quand ils ont choisi le projet, qu’ils l’ont accepté, qu’ils l’ont adopté, ils seront contents de l’accompagner. Si le projet est décidé au niveau hiérarchique c’est différent. Il faut dire que nous sommes en train de révolutionner un peu nos pratiques à partir des expériences que nous avons eues au PCPA et aussi au travers des contacts que nous avons eus avec l’Afrique de l’Ouest, à partir des échanges des élus locaux. La méthodologie du PCPA est une bonne méthode.

Quand vous êtes en contact permanent avec le peuple, cela vous donne la confiance et cela vous donne la possibilité de dire que vous êtes en harmonie avec le peuple, et même cela influence, pourquoi ne pas le dire ? pour les prochaines échéances, pour avoir la chance d’être réélu ! » (février 2016)

Les ONG se sont également rapprochées des populations et revues leurs pratiques :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Jean Baptiste Mboumba, Président du CREDO, Dolisie

« La Concertation a été pour moi une grande première, parce qu’à l’époque, nous faisions des projets entre quatre murs derrière un bureau, on réfléchissait à la place des bénéficiaires. Parfois même on « fabriquait » des bénéficiaires. Et donc on voyait que ces projets soit n’étaient pas acceptés par le bailleur, soit quand ils l’étaient, ils étaient mal conduits. Avec la concertation, j’ai appris que les meilleurs projets se façonnent avec les bénéficiaires, avec les communautés. C’est eux qui vous disent quel est le problème à résoudre. Et quand le projet ensuite voit le jour, alors les communautés se l’approprient. Donc pour moi, cela a été une grande expérience. Nous n’avons pas eu de difficultés de mobiliser les pouvoirs publics, au contraire, ils sont venus vers nous, nous avons travaillé, ils n’ont ont apporté un plus. Nous avons su leurs agendas, nous avons appris à agencer un projet par rapport aux agendas des pouvoirs publics ». (février 2016)

… à l’action :

Des projets collectifs associant les organisations du PCPA et les collectivités territoriales ont émergé des 14 processus de concertation menés :

  • Brazzaville : Arrondissements 3 Poto Poto, 4 Moungali, 5 Ouenzé et 8 Madibou ;
  • Bouenza : Commune de Nkayi et Communauté urbaine de Mouyondzi ;
  • Cuvette : Communauté Urbaine de Makoua ;
  • Niari : Dolisie 1, Dolisie 2 et district de Louvakou ;
  • Plateaux : Communauté urbaine de Djambala ;
  • Pointe Noire : Arrondissements 1 Lumumba et 3 Tié Tié ;
  • Sangha : Département.

Après examen par des comités de sélection, plusieurs projets concertés territoriaux sont soutenus par le PCPA (2016-2017).

Il sont soutenus (notamment pour la recherche de co-financement) et suivis par des Espaces de concertation citoyenne qui permettent de rapprocher les acteurs et d’échanger sur des problématiques locales très concrètes.

Nouenza – Mouyondzi : Projet d’amélioration des conditions de sécurité de l’école 31 juillet 1968. (AFMDM / SADEMA). Bouenza

Brazzaville – Moungali : Construction de deux passerelles dans la rue Moussana et la rue Kikouimba à Brazzaville. (OJESC / AED / Mairie de Moungali).

Brazzaville – Madibou : Désengagement des quartiers Nsangamani et Kibina par la construction d’une passerelle à piéton sur le ruisseau Loua. (AGRIDEV / CIAD).

Brazzaville – Madibou : Désenclavement du quartier Mbouono par la construction d’une passerelle à piéton sur l’avenue Général Anselme Makoumbou Nkouka. (ATV / FPGR).

Autres ressources :

Rapport de capitalisation sur les pratiques de concertation au PCPA. 2013