La société civile congolaise à la rescousse dans la lutte contre la Covid-19

Depuis l’apparition des premiers cas de Covid-19 en République du Congo, les organisations de la société civile ont été très engagées dans la riposte à cette maladie, bien qu’agissant de manière informelle. Nous avons par ailleurs réalisé une synthèse des activités de nos membres que vous pouvez retrouver via : https://pcpacongo.files.wordpress.com/2020/07/vf-synthc3a8se-activitc3a9s-des-membres-du-pcpa-congo-pendant-la-periode-covid-19.pdf

Pour répondre de façon officielle et concertée à l’appel du président de la République qui avait voulu que les organisations de la société civile s’engagent dans la lutte contre le coronavirus notamment en matière de sensibilisation, une coordination de riposte regroupant plusieurs associations (membres et non membres du Programme) a été mise en place, sous l’impulsion du Conseil consultatif de la société civile et des organisations non gouvernementale (CCSCONG). Sur proposition de ses pairs, Paul Kampakol, Secrétaire général du Forum des jeunes entreprises du Congo (FJEC), membre du PCPA Congo, a été désigné pour être à la tête de cette coordination.

Dans la précédente parution de notre newsletter, nous parlions de la participation de nos membres à la gouvernance de cette plateforme. Deux mois après sa création, plusieurs actions ont été réalisées, les plus récentes étant : la signature d’un accord de partenariat avec le CCSCONG et la formation des syndicats des transporteurs aux gestes barrières.

Paul Kampakol et Cephas Ewangui lors de la signature de l'accord de partenariat
Paul Kampakol et Cephas Ewangui lors de la signature de l’accord de partenariat

Grâce à la signature de l’accord de partenariat, la coordination a bénéficié d’une importante dotation de matériel de sensibilisation (affiches, mégaphones…) ainsi que de dix mille bavettes et une enveloppe financière destinée à prendre en charge les besoins de fonctionnement de la  Coordination des organisations de la société civile pour l’accompagnement de la riposte à la Covid-19 (Cnar-covid-19).

Nous avons pu mener une interview[1] avec le coordonnateur de la Cnar-covid-19 et recueillir de plus amples informations sur la démarche utilisée ainsi que les grandes activités qui sont prévues dans les jours à venir, dans le cadre de ladite riposte.

Paul kampakol dans son bureau
Paul kampakol dans son bureau

Paul Kampakol a déploré le fait qu’il n’y ait pas eu grand changement, quant à la prise en charge des nouveaux vulnérables, alors que plusieurs propositions ont été suggérées par la coordination au ministère des Affaires sociales et de l’action humanitaire.

Pour finir, il a adressé un message à l’endroit des membres de la société civile, les invitant « à prendre conscience, à continuer à être aux côtés de la population, et à être crédible. »


 [1] Propos recueillis le 1er juillet 2020

La journée internationale des veuves célébrée en différé au Congo

« Sauvons la veuve des pratiques ancestrales dégradantes », tel est le thème choisi cette année par le gouvernement pour célébrer la journée Internationale des Veuves au Congo.

Commémorée d’ordinaire le 23 juin de chaque année, la journée a été célébrée en différé le mercredi 1er juillet 2020 à Brazzaville, au siège de l’Association des Confédérations Episcopales de la Région Afrique Centrale (ACERAC), sous le haut patronage de la ministre des Affaires Sociales et de l’Action Humanitaire, Mme Antoinette Dinga Dzondo.

Pour l’occasion, trois communications ont été faites. Dans la première, la représentante des veuves, Me Rose Ntari-Kalafar a mis l’accent sur deux préoccupations majeures : la sensibilisation de l’opinion national sur les pratiques dégradantes subies par les veuves et la nécessité de promulguer la loi portant code de la famille, qui valorise davantage les droits de la veuve, qu’elle soit mariée à l’état civil ou non. Ces préoccupations ont été prises en compte par deux microprojets mis en œuvre dans le cadre du projet « agir ensemble pour la défense des droits des minorités et groupes vulnérables » cofinancé par l’Union Européenne et l’Agence Française de Développement. Cependant le sujet mérite d’avoir une plus grande portée nationale, d’où l’intérêt à travers cette journée de communiquer largement sur les sévices et injustices subies par la veuve du Congo.

La deuxième communication intitulée « La mort et les rites de veuvages » a été animée par M Christian Lia, Enseignant Chercheur, Chef de parcours Anthropologie et Art à la Faculté des Lettres Art et Science Humaines (FLASH). Elle a mis en évidence des thèmes tels que, les pratiques du veuvage dans différentes cultures y compris celles du Congo, la conception du mort et de la veuve, le mariage léviral et sororal (remariage forcé du conjoint survivant avec le frère ou la sœur du conjoint décédé). En conclusion, la communication tout en expliquant l’origine des pratiques, souligne que si auparavant elles avaient pour objectif de protéger la veuve et les siens de « la souillure » du mort et de l’abandon, aujourd’hui, les dérives sont telles que ces pratiques ne devraient plus être appliquées.

La troisième communication, « La protection juridique des veuves au Congo » a été faite par Virginie Sheryl Ndessabeka, juriste, Directrice Générale du Centre de Recherche, de l’Information et de la Documentation sur la Femme au Ministère de la Santé, de la femme, de la promotion de la femme et de l’intégration de la Femme au Développement, s’articulait sur les droits des veuves, notamment celui de refuser les rites dégradants, d’hériter de son mari et sur les démarches possibles pour faire prévaloir ses droits. En bref, « La veuve n’est pas un objet qu’on transporte d’un endroit à un autre et dont on fait ce qu’on veut ».

Après le visionnage d’un documentaire produit par l’Œuvre Notre Dame des Veufs et Orphelins du Congo (ONDVOC), une association membre du programme concerté pluri acteurs (PCPA) et portant l’intitulé de la cérémonie, madame la ministre des Affaires sociales et de l’Action Humanitaire, prenant la parole a interpellé la conscience des veuves en ces termes : « Le code existe, mais est-ce que sa promulgation va changer quelque chose si nous ne voulons pas que les choses changent, si nous avons peur ? ». Ce message fort est un appel aux femmes pour dépasser les traditions et faire elles-mêmes prévaloir leurs droits.

Notons que les veuves qui ont participé à cette journée se sont constituées en consortium composé de cinq OSC à savoir : ONDVOC, le Cercle Uni des Droits de l’Homme et Culture de Paix (CUDHOC) également membre du PCPA, l’Association des Veuves du Congo (AVC), l’Association Action Sociale et Développement (AASD) et l’Association Chrétienne des Veuves du Congo (ACVC).

Au terme de cette journée, Mme la ministre a remis à ces associations, un lot constitué de différents vivres et non-vivres à distribuer aux veuves en difficultés.

Quelques images de la journée :

La France à la rescousse du système sanitaire et social congolais

La France, via l’Agence française de développement (AFD) a mobilisé des ressources en urgence pour soutenir la mise en œuvre du plan de riposte congolais à la Covid-19 suite à un appel à aide des autorités congolaises dès le début du confinement, auprès de ses partenaires.

ambassadeur fr don covid 19
L’ambassadeur de France au Congo remettant un kit symbolique à la ministre des Affaires sociales et des actions humanitaires

Près de 600 millions de Francs CFA (910 000 €) en don ont été alloués pour renforcer les volets communication, prise en charge alimentaire et équipement en milieu hospitalier.

C’est le ministère des Affaires sociales qui a été mandaté pour procéder à la distribution des kits de prise en charge alimentaire aux personnes vulnérables ciblées à Brazzaville, à Pointe Noire, et dans le département du Pool. Le ministère de la Santé a quant à lui géré l’opération d’acquisition du matériel médical de première nécessité pour faire face à la pandémie.

Par ailleurs, 250 crieurs ont été recrutés dans les douze départements du Congo, pour la mise en œuvre de l’opération de communication sur les modes de contamination et les gestes barrières à la Covid -19.

Deux membres du PCPA dans la Coordination nationale de riposte

Des réflexions menées par des représentants de réseaux et d’associations, sous l’impulsion du Conseil consultatif de la société civile et des ONG du Congo, ont abouti à la mise en place de la Coordination des OSC pour l’accompagnement de la riposte au COVID-19 en République du Congo.

cnar covid création
Prise de vue pendant la réunion officielle de création de la coordination

Deux responsables d’OSC membres du PCPA participent à la gouvernance de cette entité. Il s’agit de Messieurs Paul Kampakol, Secrétaire général du Forum des jeunes entreprises du Congo et Davy Louvouezo, Représentant Congo de Médecins d’Afrique, respectivement en tant que Coordonnateur et Coordonnateur technique.

Dans ce cadre, Paul Kampakol a participé à une émission-débat diffusée sur Télé Congo dédiée à la prise en charge des personnes vulnérables dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. Déplorant le déni du travail abattu par la société civile, il a appelé le gouvernement à impliquer davantage les associations dans le processus, afin de gagner du temps et d’éviter les doublons, au lieu de réinventer la roue.

En faisant référence au PCPA Congo, il a profité de cette tribune pour rappeler que l’esprit de la coordination mise en place est d’accompagner les pouvoirs publics dans cette lutte par le biais de la concertation, afin de trouver les meilleurs moyens de prise en charge des vulnérables déjà répertoriés dans le cadre du projet Lisungui, et de nouveaux vulnérables du secteur informel, qui ne peuvent mener leurs activités normalement à cause de la pandémie.

Nous vous invitons à retrouver l’émission dans son intégralité sur notre page Facebook.

La cellule exécutive : du confinement au retour prudent au bureau

Comme dans de nombreuses organisations, les salariés du PCPA ont repris le chemin du bureau après plusieurs semaines de télétravail, le 18 mai 2020.

desinfection des locaux pcpa congo
Lors de la désinfection des locaux du PCPA Congo à Brazzaville

Afin d’effectuer ce retour en toute sécurité, les locaux ont auparavant été désinfectés et des masques en tissus distribués à chaque membre de l’équipe.

Il a été important d’échanger sur l’expérience de chacun pendant cette période si particulière avant de se replonger dans les activités du quotidien. Sachez aussi qu’une veille a été organisée depuis le début de la pandémie, pour la collecte et la diffusion de toute information officielle liée à la maladie à coronavirus. C’est dans ce cadre qu’une affiche reprenant les consignes sanitaires a été diffusée sur tous les canaux de communication du Programme.

Comme vous le savez, pendant le confinement l’équipe est restée en contact avec les membres et a effectué un important travail de recensement les activités menées par les membres. Consultez la synthèse de ces travaux en cliquant ici.

Les OSC retenues pour le PISCCA 2020 seront bientôt connues

Lancé le 12 mars dernier par le Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France en République du Congo, l’appel  aux  Projets Innovants des Sociétés Civiles et Coalition d’Acteurs  (PISCCA) a connu un bouleversement calendaire compte tenu du contexte difficile relatif à la pandémie de Covid -19.

Si, les réunions publiques d’information, initialement prévues fin mars, ont été annulées, un guide détaillé a été publié afin de fournir le maximum d’éléments aux OSC qui souhaitaient postuler à l’appel à projets. La date limite a été reportée d’un mois. Au 12 juin 2020, 101 projets ont été reçus par le SCAC. Pendant la rédaction de cet article, les dossiers étaient en instruction.

Pour cette année, les projets éligibles à ce financement doivent agir dans une ou plusieurs des thématiques suivantes :

  • Accès aux services sociaux de base dans les régions rurales et urbaines marginalisées, en particulier, en matière d’éducation et de santé ;
  • Création d’activité économique concourant au développement local et inclusif, notamment en zones rurales délaissées ;
  • Sensibilisation et contribution au dialogue politique sur l’accès aux services sociaux précités, au respect des droits humains et à la promotion de la citoyenneté.

Outre ces trois thématiques initiales, le SCAC a annoncé que les projets portant sur la sortie de crise et le relèvement post Covid-19 seront pris en compte et se verront accorder une dimension prioritaire, à condition d’être de qualité.

Une formation des porteurs de projets retenus est prévue pour juillet 2020.
Rappelons que le précédent appel PISCCA couvrant la période 2018-2019 avait permis de financer 11 projets sur l’ensemble du territoire congolais.

Agnès Rossetti quitte le Comité de pilotage, le PCPA et le Congo

Après avoir travaillé au Congo pendant 6 ans pour le compte de l’ONG française Initiative Développement (ID), Agnès est retournée dans son pays natal avant le terme de son mandat au Comité de pilotage du PCPA. Nous avons recueilli ses impressions.

La Lettre du PCPA Congo (LPC) : Pour commencer, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

ob_e0cdea_20191019-124432-1Agnès Rossetti (AR) : Française, originaire d’une région frontalière avec la Suisse, j’ai une formation d’Ingénieur en génie civil, et d’urbaniste. J’ai toujours travaillé par choix dans la fonction publique territoriale, au service du bien commun. J’ai arrêté en 2011, après 30 ans d’une belle carrière et l’envie de poursuivre différemment ; pendant 3 ans, j’ai continué, bénévolement, à travailler pour la coopération décentralisée entre le Pays de Montbéliard où j’habite, et la Commune de Zimtanga au Burkina Faso. Puis l’occasion s’est présentée de partir au Congo Brazzaville avec une ONG, ID. Ce qui m’intéressait, dans le poste proposé, c’était le développement local, qui cherche à fédérer la population et l’ensemble des acteurs locaux à agir pour le bien commun

LPC : Quand et pourquoi êtes-vous arrivée au du Congo ?

AR : Dois-je vous avouer que je situais bien la RDC mais pas le Congo Brazzaville, avant d’arriver ? Vu de France, on n’entend vraiment que rarement parler de ce pays, Je suis donc arrivée au Congo en juin 2014. Un nouveau poste, mixte (responsable du programme Filière Cuiseurs économes-FCE, et Directrice Pays) était à pourvoir. Outre animer un programme à Brazzaville (FCE), et superviser un programme (Programme Agriculture et Développement Local (PADEL) 2 dans 3 districts du Pool (Boko, Louingui, et Loumo ), j’avais aussi pour objectif de développer ID au Congo.

J’avais pris un engagement de 2 à 3 ans, j’y suis restée 6 ans…

LPC : Quelles sont les activités d’ID au Congo et qui sont leurs bénéficiaires ? Quelle participation d’ID à l’amélioration de leurs conditions de vie ?

AR : Deux grands thèmes prédominent dans le travail d’ID au Congo :

  • d’une part les questions de bois-énergie, liées à une diversification économique et la promotion de l’entrepreneuriat local (projets Initiative Economique. (INECO) dans la Bouenza, et FCE à Brazzaville et Pointe Noire). Il ne s’agit pas seulement de vendre des cuiseurs qui économisent le bois et le charbon (CE), mais d’abord de créer une filière économique locale, qui n’ait pas besoin de l’appui d’une ONG pour vivre. L’autonomie est donc visée. Les bénéficiaires en sont :
  • de petites unités artisanales de soudure, avec la formation non seulement technique et à une démarche qualité, mais aussi en terme de gestion d’entreprise.
  • les vendeurs de CE, également formés à la gestion de stocks et de leur boutique, et au contrôle qualité des produits qu’ils achètent.
  • et les utilisatrices (utilisateurs aussi :-)) de cuiseurs, qui inhalent moins de fumée grâce aux cuiseurs économes, et font des économies d’achat de charbon ou de bois.
  • – enfin, dans la Bouenza, 8 individualités ou groupements (une vingtaine de personnes au total) ont été accompagnés à créer leurs propres pépinières d’arbres, vraies micro-entreprises participant au renouvellement de l’arboriculture et des vergers, au reboisement, et par là-même à la lutte contre le dérèglement climatique.

Avec le temps, la préoccupation d’intégrer les femmes et les jeunes a été de plus en plus prégnante ; ainsi un partenariat existe avec l’Association Don Bosco, qui forme des jeunes vulnérables à des métiers artisanaux dont la soudure…et à la fabrication des cuiseurs économes ; il y a eu aussi des collaborations avec ASI, IECD, ESSOR et des associations ou mutuelles locales.

Le combat d’AJID aux côtés des jeunes artisans pour la protection de leurs droits

Avec le cofinancement de l’Union européenne (UE)  et l’Agence française de Développement (AFD), l’Association des Jeunes pour l’Innovation au Développement (AJID) a mené dans le cadre du projet Agir ensemble pour la défense des droits des minorités et groupes vulnérables, un microprojet qui a permis d’accompagner des jeunes artisans (détenteurs de droits) âgés de 18 à 30 ans dans les villes de Dolisie et Pointe Noire.

Les activités relatives à ce projet constituent en réalité une continuité, dans la mesure où les artisans accompagnés avaient auparavant bénéficié d’une formation d’insertion professionnelle à travers le fonds d’appui aux projets du PCPA Congo. Elles ont été menées en consortium avec son partenaire de longue date, l’Association pour l’Assistance et le Développement des Jeunes Filles Mères (AADJFM) de Dolisie.

Pendant la durée du projet, il s’est agi d’animer des sessions de formation et d’information visant l’éveil de la conscience et l’autonomisation des jeunes artisans appelés à connaître leurs droits pour en faire bon usage. Parmi ces droits on cite entre autres, le droit à un travail décent, le droit à la sécurité sociale, le droit à la formation, le droit à une fiscalité transparente et juste.

Pour faciliter la lecture à ces jeunes artisans déscolarisés pour la plupart, un recueil des extraits des textes nationaux et internationaux sur les droits économiques, sociaux et culturels (DESC) a été produit et distribué. Pour sa conception, les porteurs de projet se sont appuyés sur des instruments officiels tels que la Constitution congolaise de 2015, la loi 07-2010 du 22 juin 2010 portant organisation de l’artisanat, la loi 09-2000 portant protection de la jeunesse, la Déclaration universelle des droits de l’Homme, la convention africaine des droits de l’Homme et des peuples, le code de sécurité sociale, le code général des impôts, la loi des finances 2019.

Dans le but de vulgariser ces notions, des descentes de sensibilisation ont été réalisées dans les ateliers des artisans à Mpaka (Pointe Noire) et dans les deux arrondissements de Dolisie.

Après avoir menées des actions de plaidoyer à l’endroit des autorités politico administratives, judiciaires et traditionnelles (débiteurs d’obligations), le consortium a pu recueillir 33 engagements sur l’application de ces textes.

Nous (LPC) avons contacté le coordonnateur du projet M Roger Matoko (RM) recueillir ses impressions après clôture du projet

 LPC : Quelles sont les réussites de ce projet ou selon vous, qu’est- ce qui a le plus marché ?

RM : La mobilisation et l’implication des bénéficiaires et des parties prenantes surtout les pouvoirs publics dès le départ, l’appropriation du projet par les bénéficiaires enfin la concertation et le dialogue entre artisans et pouvoirs publics à travers les espaces de concertation mis en place.

LPC : Quels sont les pouvoirs publics qui vous ont accompagné dans le cadre de ce projet et quels ont été leurs apports ?

À Dolisie et à Pointe Noire, nous avons été accompagné par les directions départementales de la jeunesse, celles des Droits humains ; l’agence nationale de l’artisanat, la mairie et la chambre de commerce. Leurs apports ont consisté au portage institutionnel, à la mobilisation des artisans et des autorités politico administratives, et judiciaires et traditionnelles. Grâce à eux, le projet a bénéficié de l’émergence d’un environnement institutionnel favorable au respect et à la protection des droits des artisans.

LPC :  Pouvez-vous nous dire combien de comité DESC ont été créé, et à quoi servent-ils ?

RM : Nous avons mis en place 2 comités DESC, l’un à Dolisie et l’autre à Pointe Noire. La création des comités DESC est une volonté d’action et de mobilisation locale. Le comité DESC est un outil de plaidoyer et un mécanisme de revendication et d’exigibilité des droits des artisans. Il sert donc à mobiliser facilement et plus rapidement de manière régulière et directe les doléances qu’expriment les artisans.

LPC : Quelles sont les activités qui continuent après clôture du projet ?

RM : Bien que le projet ait été clôturé, il y a quelques actions qui continuent d’être réalisées, à l’instar de l’accompagnement des comités DESC et des autres artisans dans leurs démarches administratives, l’identification des besoins en formation des capacités des artisans, le dialogue permanent avec les pouvoirs publics et les artisans, la sensibilisation des artisans sur les mesures barrières

LPC : Si vous deviez améliorer quelque chose à votre projet laquelle serait-ce ? 

RM : Nous voulons accroitre le niveau de contribution de l’artisanat dans la réalisation du PIB (création d’emploi, transformation de l’économie locale, réduction de la pauvreté…), l’amélioration des conditions de vie des artisans et l’amélioration de la concertation et du dialogue entre les parties du secteur de l’artisanat prenantes dans les communes de Dolisie et de Pointe-Noire.

Covid-19 : Actions des membres dans le département de la Sangha

  • L’Association pour la promotion des écosystèmes tropicaux et pour la protection de l’environnement (APETDS) a fait de la sensibilisation aux mesures barrières auprès des populations autochtones de Pokola.
  • L’Association professionnelle pour la valorisation des produits forestiers non ligneux (APVPS) a fait de la sensibilisation aux mesures barrières auprès de ses membres et des planteurs de cacao à Ouesso.
  • Le Conseil départemental de la Sangha a fait des dons de vivres et produits d’hygiène au Comité départemental de riposte ; ce dernier s’est chargé de les redistribuer aux personnes vulnérables.

Covid-19 : Actions des membres dans le département du Niari

  • Les membres de l’Espace des Jeunes pour l’Innovation et le Développement (EJID) ont mené des activités de sensibilisation à la Covid-19 dans les quartiers de Tahiti, Passi Ngolo et Dimébéko avec les populations autochtones qui résident à Dolisie.
  • Le Réseau des Soins Préventif et de Proximité (RSPP) a été officiellement impliqué dans la Commission « communication » de la commission locale de riposte à la Covid-19 du district de Mayoko. Il a ainsi pu mener une sensibilisation sur les mesures barrières