Nouveau format des réunions du COPIL : les impressions du président

Alors que la Covid-19 continue d’impacter nos vies au quotidien, le Programme fait le maximum pour que les membres de la gouvernance puissent poursuivre leurs activités, en privilégiant les réunions virtuelles aux réunions physiques qui favorisent la promiscuité. C’est une expérience nouvelle, et chaque membre s’y est accommodé. Nous avons interviewé Bertin Olokawe, président du COPIL en exercice pour recueillir ses impressions.

Bertin Olokawe, président du Copil (c) PCPA Congo

La lettre du PCPA Congo (LPC) : De toutes les phases du PCPA-Congo, votre présidence du COPIL est la plus longue ; Dites-nous le secret de cette longévité ?

Bertin Olokawe (B.O) : Vous faites bien de le remarquer mais ce n’est pas le fait de ma volonté ni de celle de mes pairs du COPIL parce-que c’est une situation imprévue dictée par la pandémie de la Covid– 19. Elle nous impose des comportements et certaines restrictions dans notre façon de faire, pour l’application des mesures barrières et de la distanciation sociale.

Ceci dit, mes sentiments sont teintés d’une certaine ambivalence du simple fait que d’un côté, je peux me réjouir de rester aussi longtemps au sommet d’une si grande organisation. Mais de l’autre côté, c’est le regret de ne pas voir s’appliquer les règles de fonctionnement de notre gouvernance, notamment en matière d’alternance ou de présidence tournante comme nous en avons l’habitude.

LPC : D’habitude les réunions du COPIL se tiennent en présentiel. Aujourd’hui à cause de la Covid-19, elles se tiennent par conférences virtuelles. Comment appréciez- vous cette nouvelle pratique ?

B.O : La tenue des réunions par visioconférence est un choix, je dirais par défaut pour ne pas paralyser le fonctionnement de notre organisation que les effets de la lutte contre la pandémie du Covid- 19 n’ont guère épargné. Cela nous permet malgré tout d’évacuer certaines questions nécessaires au bon fonctionnement du PCPA-Congo. Les réunions en présentiel restent l’idéal car outre l’ambiance des retrouvailles physiques, elles nous donnent la possibilité de décider plus rapidement sur certaines questions avec une attention beaucoup plus soutenue et elles nous épargnent des aléas ou caprices de la technique. En effet, combien de fois les membres du COPIL n’ont-ils pas pu participer à certaines de nos réunions pour des problèmes de connexion au groupe, de réseau téléphonique et internet défectueux, de batteries d’appareils déchargées… De plus, les réunions du COPIL en visioconférence ne durent que quelques heures quelle que soit l’importance des sujets à traiter, où le volume de travail que cela engage.

LPC : Qu’est-ce qui vous manque des réunions en présentiel ?

B.O : Lors des réunions en présentiel, outre la chaleur des contacts physiques qu’elles procurent, elles nous permettent d’approfondir nos relations, de se connaître et de pouvoir lire l’attitude de chacun.

Enfin, l’ambiance des travaux, le brassage des cultures, des comportements, la durée normale d’une session du COPIL et son fonctionnement optimal, c’est ce qui manque en réunion virtuelle.

Participation à l’assemblée plénière du PCPA Algérie

Les 12 et 13 mars derniers, le PCPA Algérie « Joussour » a organisé sa dernière assemblée plénière (AP).

Comme le veut la tradition, au moins un(e) représentant(e) de chaque pays ayant un PCPA est invité à assister, et contribuer à cette assemblée plénière, afin de renforcer les liens entre les sociétés civiles respectives. L’objectif étant de continuer le processus du travailler ensemble au-delà des frontières. Ayant réuni 125 participants, l’AP s’est tenue exceptionnellement en ligne via la plateforme Zoom, pour des raisons de restrictions de circulation et de regroupements liées à la pandémie de Covid-19.

Pour cette dernière AP de Joussour, il a été demandé aux autres PCPA en plus du référent inter-PCPA de désigner également un membre de l’équipe de mise en œuvre (Cellule exécutive). Désignés par ses pairs pour représenter le programme à toutes les activités d’Inter-PCPA, Donatien Ibassa l’un des deux référents Inter-PCPA du Congo, y a participé, aux côtés d’Olga Mireille Kabanabandza la coordonnatrice de la Cellule exécutive.

Au cours de la première journée, la coordonnatrice a  contribué au panel intitulé « Covid 19 : des sociétés civiles face à la pandémie. »Le but du panel étant de partager les expériences des différents pays afin d’ouvrir un débat sur comment les sociétés civiles des différents coins du monde pouvaient s’inspirer les unes des autres pour se préparer aux enjeux futurs.

Donatien a quant-à lui participé au groupe de discussion et d’échange sur l’accès aux droits, sa contribution avait porté sur l’Approche Basée sur les Droits Humains (ABDH) en ce sens que l’approche handicap par exemple, devait être transversale (homme, femme, jeune et enfant) dans les programmes et projets. Laquelle transversalité est garantie par la Convention Internationale des Droits de Personnes handicapées (CIDPH).

« A ce titre, tout programme et projet venant de n’importe quel intervenant (Gouvernement, Bailleur, ONG internationale ou nationale et même les OSC locales) doivent inclurent de manière holistique tous les citoyens sans distinction depuis l’identification, l’analyse des problèmes et des solutions, la mise en oeuvre, le suivi et l’évaluation. »

Au-delà de ce partage d’expérience, les participants ont également procédé à la signature du bilan moral et financier de cette phase.

La CTHA lance l’initiative « sauvons le quartier »

Alors que l’ensemble de la population était confiné, dans plusieurs foyers à faibles revenus, les femmes elles, devaient sortir les jours de marchés pour se procurer de quoi nourrir leur famille. La rareté des denrées alimentaires sur le marché, et la non circulation des transports interurbains, avaient occasionnés une flambée des prix des marchandises. Cette situation a plongé les ménages dans le désarroi, face à la disette et aux maladies liées à une carence nutritionnelle.

Ces moments difficiles ont poussé la Congolaise Terre des Hommes Association (CTHA) à réfléchir sur une alternative pouvant permettre aux ménages d’avoir, tant soit peu des réserves alimentaires sans pour autant quitter le domicile familial.

Après plusieurs démarches entreprises auprès des responsables du quartier 101 (Centre Sportif) de l’Arrondissement 1 Makélékélé de Brazzaville, c’est ce 04 septembre 2020, que la CTHA a lancé officiellement les activités du projet « Sauvons le quartier ». 

Vue de quelques pépinières destinées aux bénéficiaires

Ayant un double objectif, il consiste en la promotion de la résilience alimentaire à travers la vulgarisation du maraîchage, de la ferme et de la pisciculture à domicile, mais aussi celles des mesures barrières à travers la sensibilisation des populations dans le quartier. Pour démarrer leurs activités, des semences maraîchères, des animaux géniteurs, ou des alevins seront distribués, selon le choix d’activité des bénéficiaires.

Toutes ces activités seront appuyées par un suivi technique sur le terrain en associant des formations à domicile.

Pour cette phase pilote, 350 bénéficiaires ont été recensés dans les trois zones que compte le quartier 101. La condition d’éligibilité était de disposer d’espace dans son lieu de résidence, soit un minimum de 10m2 pour le potager, 6m2 pour l’élevage et 2m2 pour la pisciculture.

Le projet initié est lancé avec les fonds propres issus des cotisations de ses membres, de ce fait, la CTHA lance un appel aux contributeurs afin de le mener à bien, avec pour vision à long terme d’étendre sa réalisation dans les différentes parties du pays où elle est implantée, notamment dans les autres quartiers de Brazzaville, à Dolisie, Makoua, Pointe-Noire, Ouesso et Oyo.

Sensibilisation Covid-19 : l’association ENCRED plus près des populations de Madibou

Une vendeuse en train de porter correctement son masque après avoir été sensibilisée au marché de Madibou

Si l’heure n’est plus à empêcher l’arrivée de la Covid-19 en République du Congo, la priorité est désormais de limiter sa propagation, en respectant les mesures barrières.

C’est dans cette optique que les membres de l’association Enfance créatrice de développement (ENCRED) ont organisé une campagne de sensibilisation sur les mesures barrières à la Covid-19 ainsi que la distribution des masques locaux dans le marché communautaire de Madibou, en partenariat avec la Coordination nationale des organisations de la société civile pour l’accompagnement de la riposte au Covid-19 (Cnar-covid-19).

La coordination a choisi les marchés de proximité, qui connaissent une forte affluence. De plus, les marchés de proximité sont peu  visités par les pouvoirs publics, et donc ses usagers sont susceptibles d’abandonner ou d’ignorer le respect des mesures barrières.

Une mention spéciale a été accordée à la sensibilisation sur le port correct du masque, ainsi que son nettoyage avant toute réutilisation. Les personnes portant un masque à usage unique ont également été sensibilisées, afin qu’elles ne les utilisent pas au-delà de la limite de temps conseillé, ni ne les réutilisent. Le message a été bien accueilli par la population, qui a surtout apprécié l’expression en langues locales.

Sensibilisation Covid-19 : l’Union des Syndicats du Congo (USC) appuie les femmes de ménage

Plus les jours passent, plus le nombre de contaminations de type communautaire ne cesse de croître en République du Congo. Le personnel domestique étant particulièrement exposé à la maladie, du fait que la plupart a la charge de nettoyer des surfaces et ou vêtements potentiellement infectés, ou encore de prendre soin des personnes âgées, voire vulnérables.

Pour l’USC qui a récemment accompagné les femmes de ménage à se structurer en association, il était capital de les appuyer dans la mise en œuvre d’une campagne de proximité pour la sensibilisation contre la Covid-19.

Pour ce faire, elle a organisé le 02 août dernier, un atelier de sensibilisation aux mesures barrières, auprès d’un échantillon des membres de l’Association professionnelle du personnel domestique du Congo (APPDC). Un lot de 400 masques et brochures reçu de la Coordination des organisations de la société civile (Cnar-Covid19), contenant des instructions de lutte contre la pandémie ont été remis à ces dernières afin qu’elles sensibilisent à leur tour les personnes sur leur lieu de travail, et en famille, de telle sorte que chacune prenne des dispositions pour éviter la propagation de la maladie.

Anne Marie Nzila remettant un lot de masque à la représentante des femmes de ménage

Au-delà de cet atelier, au cours de la première phase de la campagne qui s’est déroulée du 02 au 10 aout 2020, 300 femmes issues des arrondissements 1 Makélékélé, 3 Poto-poto, 4 Moungali et 9 Djiri ont été recensées. Elles ont par la suite pris le relais en sensibilisant le maximum de personnes concernées par la profession.

L’enregistrement des prochaines bénéficiaires est en cours, en vue d’une deuxième phase de sensibilisation, en septembre 2020.

L’USC déplore la non-prise en compte jusqu’à lors des femmes et hommes de ménage parmi les personnes vulnérables à prendre en charge par le Ministère des Affaires sociales et de l’action humanitaire.

Pour rappel, l’USC avait saisi le cabinet du Premier ministre par courrier dès le 18 mai 2020, courrier réceptionné, demandant de ne pas oublier de prendre en charge les femmes de ménages, car nombreuses d’entre elles ont perdu leur travail à cause de la Covid-19.

La société civile congolaise à la rescousse dans la lutte contre la Covid-19

Depuis l’apparition des premiers cas de Covid-19 en République du Congo, les organisations de la société civile ont été très engagées dans la riposte à cette maladie, bien qu’agissant de manière informelle. Nous avons par ailleurs réalisé une synthèse des activités de nos membres que vous pouvez retrouver via : https://pcpacongo.files.wordpress.com/2020/07/vf-synthc3a8se-activitc3a9s-des-membres-du-pcpa-congo-pendant-la-periode-covid-19.pdf

Pour répondre de façon officielle et concertée à l’appel du président de la République qui avait voulu que les organisations de la société civile s’engagent dans la lutte contre le coronavirus notamment en matière de sensibilisation, une coordination de riposte regroupant plusieurs associations (membres et non membres du Programme) a été mise en place, sous l’impulsion du Conseil consultatif de la société civile et des organisations non gouvernementale (CCSCONG). Sur proposition de ses pairs, Paul Kampakol, Secrétaire général du Forum des jeunes entreprises du Congo (FJEC), membre du PCPA Congo, a été désigné pour être à la tête de cette coordination.

Dans la précédente parution de notre newsletter, nous parlions de la participation de nos membres à la gouvernance de cette plateforme. Deux mois après sa création, plusieurs actions ont été réalisées, les plus récentes étant : la signature d’un accord de partenariat avec le CCSCONG et la formation des syndicats des transporteurs aux gestes barrières.

Paul Kampakol et Cephas Ewangui lors de la signature de l'accord de partenariat
Paul Kampakol et Cephas Ewangui lors de la signature de l’accord de partenariat

Grâce à la signature de l’accord de partenariat, la coordination a bénéficié d’une importante dotation de matériel de sensibilisation (affiches, mégaphones…) ainsi que de dix mille bavettes et une enveloppe financière destinée à prendre en charge les besoins de fonctionnement de la  Coordination des organisations de la société civile pour l’accompagnement de la riposte à la Covid-19 (Cnar-covid-19).

Nous avons pu mener une interview[1] avec le coordonnateur de la Cnar-covid-19 et recueillir de plus amples informations sur la démarche utilisée ainsi que les grandes activités qui sont prévues dans les jours à venir, dans le cadre de ladite riposte.

Paul kampakol dans son bureau
Paul kampakol dans son bureau

Paul Kampakol a déploré le fait qu’il n’y ait pas eu grand changement, quant à la prise en charge des nouveaux vulnérables, alors que plusieurs propositions ont été suggérées par la coordination au ministère des Affaires sociales et de l’action humanitaire.

Pour finir, il a adressé un message à l’endroit des membres de la société civile, les invitant « à prendre conscience, à continuer à être aux côtés de la population, et à être crédible. »


 [1] Propos recueillis le 1er juillet 2020

Sensibilisation Covid-19 : 27 membres de l’ACBEF bientôt déployés dans les quartiers périphériques de Pointe Noire

L’Association Congolaise pour le Bien-Être Familial (ACBEF), a organisé le 27 juin 2020 à Pointe  Noire dans la salle de réunion de l’hôpital de base de Tié-Tié, une formation  des formateurs à l’endroit de ses membres, sur les bons gestes à adopter en période de Covid-19.

Organisée pour accompagner la mise en œuvre de la stratégie dite avancée de l’ACBEF qui consiste à délocaliser ses prestations  pour être plus proche de la population, cette formation  a connu  la participation de 27 personnes dont 16 membres volontaires et 11 salariés des cliniques de l’ACBEF, personnels soignant et non soignant confondus.

Eu égard du déconfinement et de l’ampleur que prend l’épidémie, Il s’est agi de faire un état des lieux sur l’évolution de la Covid-19, au Congo et dans le monde en général, et à Pointe Noire  en particulier. Les notions suivantes ont été abordées :

  • Définition des cas
  • Surveillance épidémiologique dans un district sanitaire : attentes de la communauté (ONG)
  • Prévention et contrôle des infections
  • Conduite à tenir en face d’un cas confirmé de Covid-19 dans la communauté.

Dans les jours qui suivront, le personnel et les membres volontaires de l’antenne ACBEF Pointe Noire vont se déployer dans les quartiers périphériques de la ville pour assurer à la fois la sensibilisation à la Covid-19 et offrir des services de Santé Sexuelle et Reproductive (SSR) aux populations vulnérables qui ont désormais du mal à se rendre dans les cliniques à cause des difficultés liées au transport du fait de la pandémie de Covid-19.

Quelques images de l’activité :

La France à la rescousse du système sanitaire et social congolais

La France, via l’Agence française de développement (AFD) a mobilisé des ressources en urgence pour soutenir la mise en œuvre du plan de riposte congolais à la Covid-19 suite à un appel à aide des autorités congolaises dès le début du confinement, auprès de ses partenaires.

ambassadeur fr don covid 19
L’ambassadeur de France au Congo remettant un kit symbolique à la ministre des Affaires sociales et des actions humanitaires

Près de 600 millions de Francs CFA (910 000 €) en don ont été alloués pour renforcer les volets communication, prise en charge alimentaire et équipement en milieu hospitalier.

C’est le ministère des Affaires sociales qui a été mandaté pour procéder à la distribution des kits de prise en charge alimentaire aux personnes vulnérables ciblées à Brazzaville, à Pointe Noire, et dans le département du Pool. Le ministère de la Santé a quant à lui géré l’opération d’acquisition du matériel médical de première nécessité pour faire face à la pandémie.

Par ailleurs, 250 crieurs ont été recrutés dans les douze départements du Congo, pour la mise en œuvre de l’opération de communication sur les modes de contamination et les gestes barrières à la Covid -19.

Deux membres du PCPA dans la Coordination nationale de riposte

Des réflexions menées par des représentants de réseaux et d’associations, sous l’impulsion du Conseil consultatif de la société civile et des ONG du Congo, ont abouti à la mise en place de la Coordination des OSC pour l’accompagnement de la riposte au COVID-19 en République du Congo.

cnar covid création
Prise de vue pendant la réunion officielle de création de la coordination

Deux responsables d’OSC membres du PCPA participent à la gouvernance de cette entité. Il s’agit de Messieurs Paul Kampakol, Secrétaire général du Forum des jeunes entreprises du Congo et Davy Louvouezo, Représentant Congo de Médecins d’Afrique, respectivement en tant que Coordonnateur et Coordonnateur technique.

Dans ce cadre, Paul Kampakol a participé à une émission-débat diffusée sur Télé Congo dédiée à la prise en charge des personnes vulnérables dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. Déplorant le déni du travail abattu par la société civile, il a appelé le gouvernement à impliquer davantage les associations dans le processus, afin de gagner du temps et d’éviter les doublons, au lieu de réinventer la roue.

En faisant référence au PCPA Congo, il a profité de cette tribune pour rappeler que l’esprit de la coordination mise en place est d’accompagner les pouvoirs publics dans cette lutte par le biais de la concertation, afin de trouver les meilleurs moyens de prise en charge des vulnérables déjà répertoriés dans le cadre du projet Lisungui, et de nouveaux vulnérables du secteur informel, qui ne peuvent mener leurs activités normalement à cause de la pandémie.

Nous vous invitons à retrouver l’émission dans son intégralité sur notre page Facebook.

La cellule exécutive : du confinement au retour prudent au bureau

Comme dans de nombreuses organisations, les salariés du PCPA ont repris le chemin du bureau après plusieurs semaines de télétravail, le 18 mai 2020.

desinfection des locaux pcpa congo
Lors de la désinfection des locaux du PCPA Congo à Brazzaville

Afin d’effectuer ce retour en toute sécurité, les locaux ont auparavant été désinfectés et des masques en tissus distribués à chaque membre de l’équipe.

Il a été important d’échanger sur l’expérience de chacun pendant cette période si particulière avant de se replonger dans les activités du quotidien. Sachez aussi qu’une veille a été organisée depuis le début de la pandémie, pour la collecte et la diffusion de toute information officielle liée à la maladie à coronavirus. C’est dans ce cadre qu’une affiche reprenant les consignes sanitaires a été diffusée sur tous les canaux de communication du Programme.

Comme vous le savez, pendant le confinement l’équipe est restée en contact avec les membres et a effectué un important travail de recensement les activités menées par les membres. Consultez la synthèse de ces travaux en cliquant ici.