Le CIRECK engagé dans la lutte contre la mauvaise gouvernance forestière en République du Congo

Le Cercle International de Recherche et d’Etudes des Civilisations Bekwel (CIRECK) est une organisation de la société civile active dans le secteur de la gouvernance forestière. Cette OSC mène des actions de proximité en faveur des communautés pour leur bien-être. A l’occasion de la journée internationale des forêts célébrée le 21 mars de chaque année, nous avons interviewé Placide Coddy, coordonnateur du CIRECK pour avoir de plus amples informations sur leurs activités en cours.

La lettre du PCPA Congo (LPC) : Nous avons récemment appris que vous venez de bénéficier d’un financement de l’Union Européenne pour la mise en œuvre d’un projet en partenariat avec d’autres associations, de quoi s’agit-il ?

Les membres du CIRECK constatant les effets de la déforestation (c) CIRECK 2020

Placide Coddy (PC) : En effet, le CIRECK est partenaire dans la mise en œuvre du « Projet d’appui à la Société Civile pour l’amélioration de la gouvernance forestière en République du Congo à travers le Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe » (PASGOF-SNOIE Congo), financé par l’Union Européenne dans le cadre du 11ème FED, sous la supervision du Centre for International Development and Training (CIDT) / Université de Wolverhampton, pour une durée de 3 ans.

LPC : Quelles sont les autres associations impliquées dans le projet ?

PC : Au total 8 associations congolaises membres de la plateforme gestion durable des forêts (PGDF), dont 6 également membres du PCPA Congo sont impliquées dans ce consortium. Il s’agit notamment du comptoir juridique junior (CJJ) qui est le porteur de ce projet, le CABS, le CIRECK, l’EJID, le FGDH l’OCDH, et l’ODDHC. 

LPC : Quels sont les départements concernés par ce projet ?

PC : Le projet concerne tout le pays, mais nous nous intéressons particulièrement aux zones forestières où il y a une grande exploitation, à l’instar de la Bouenza, du Kouilou, de la Likouala, du Niari, de Pointe Noire et de la Sangha. C’est dans ces zones que le consortium a installé un représentant du consortium dans le cadre de ce projet.

LPC : Quels sont vos apports dans l’écosystème forestier au Congo ?

PC : Le CIRECK est point focal de la PGDF dans la Sangha. Dans ce cadre, nous pouvons dire que grâce à nos actions communes, le Congo vient de voter une nouvelle loi forestière qui est constituée à 68% des contributions de la société civile.

En effet, cette nouvelle loi a pris en compte les contributions formulées sur les thématiques spécifiques, telles que le Consentement libre, informé et préalable (Clip), l’observateur indépendant, les droits d’usage, l’accès aux cours d’eau et aux sources d’eau, pour la satisfaction des besoins vitaux ou coutumiers, la gestion des forêts communautaires, le classement et le déclassement des forêts et le partage des bénéfices.

LPC : Qu’est-ce que les populations riveraines des zones forestières peuvent attendre de ce projet ?

PC : Notre combat est de travailler aux côtés des communautés pour que l’on puisse améliorer leurs revenus et leurs conditions de vie. Aujourd’hui, puisque la loi existe il faudrait que nous veillions à l’appliquer afin que chacun puisse tirer profit de cette exploitation.

LPC: Alors que nous célébrons la journée internationales des forêts, quelles sont les actions menées par le CIRECK pour protéger la forêt ?

Dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques , et face aux effets néfastes provoqués par  de l’homme  sur la foret,  CIRECK mène un combat  sur le terrain pour la sensibilisation du grand public et en participe activement aux différentes campagnes de planting des arbres tant au niveau local qu’international.

Planting à Ouesso (c) CIRECK 2021

Tenue de la formation interdépartementale sur la communication

Dans son objectif de rendre l’action de la société civile plus visible, le PCPA Congo a organisé, en s’appuyant sur France Volontaires, une formation sur la communication interne et externe dans ses territoires de mise en œuvre, du 07 au 15 décembre 2020.

Pour participer à cette formation gratuite, chaque membre a dû répondre à un l’appel à candidatures en remplissant une fiche permettant de connaître ses motivations, le choix de son représentant à la formation et le rôle de ce dernier au sein de l’organisation. Au total 66 dossiers de candidatures ont été reçus ; la formation s’est déroulée en 2 jours dans chacun des territoires concernés.

Vue de la salle pendant la formation à Djambala (c) photos : PCPA Congo / Décembre 2020

A Brazzaville, Djambala et Ouesso elle a été assurée par Eugénie Gruais, chargée de communication chez France volontaires Congo ; Tandis que Biberic Lokwa, coordonnateur de l’Association des Jeunes Entrepreneurs du Numérique au Congo (AJENC), membre du réseau de volontaire congolais s’est occupé de la même mission à Dolisie, Madingou et Pointe Noire.

Cette formation avait pour objectif de donner aux participants les capacités pour mieux communiquer sur les actions de leurs OSC envers le grand public (exemple : les médias, population cible) et les pouvoirs publics.

Rappelons qu’en 2019, chaque département de mise en œuvre du PCPA a procédé à la définition et la validation du plan de renforcement local des capacités ; Plusieurs OSC membres avaient manifesté le besoin d’un appui sur les fondamentaux de la communication à la fois interne et externe.

Covid-19 : Actions des membres dans le département de la Sangha

  • L’Association pour la promotion des écosystèmes tropicaux et pour la protection de l’environnement (APETDS) a fait de la sensibilisation aux mesures barrières auprès des populations autochtones de Pokola.
  • L’Association professionnelle pour la valorisation des produits forestiers non ligneux (APVPS) a fait de la sensibilisation aux mesures barrières auprès de ses membres et des planteurs de cacao à Ouesso.
  • Le Conseil départemental de la Sangha a fait des dons de vivres et produits d’hygiène au Comité départemental de riposte ; ce dernier s’est chargé de les redistribuer aux personnes vulnérables.