La société civile congolaise à la rescousse dans la lutte contre la Covid-19

Depuis l’apparition des premiers cas de Covid-19 en République du Congo, les organisations de la société civile ont été très engagées dans la riposte à cette maladie, bien qu’agissant de manière informelle. Nous avons par ailleurs réalisé une synthèse des activités de nos membres que vous pouvez retrouver via : https://pcpacongo.files.wordpress.com/2020/07/vf-synthc3a8se-activitc3a9s-des-membres-du-pcpa-congo-pendant-la-periode-covid-19.pdf

Pour répondre de façon officielle et concertée à l’appel du président de la République qui avait voulu que les organisations de la société civile s’engagent dans la lutte contre le coronavirus notamment en matière de sensibilisation, une coordination de riposte regroupant plusieurs associations (membres et non membres du Programme) a été mise en place, sous l’impulsion du Conseil consultatif de la société civile et des organisations non gouvernementale (CCSCONG). Sur proposition de ses pairs, Paul Kampakol, Secrétaire général du Forum des jeunes entreprises du Congo (FJEC), membre du PCPA Congo, a été désigné pour être à la tête de cette coordination.

Dans la précédente parution de notre newsletter, nous parlions de la participation de nos membres à la gouvernance de cette plateforme. Deux mois après sa création, plusieurs actions ont été réalisées, les plus récentes étant : la signature d’un accord de partenariat avec le CCSCONG et la formation des syndicats des transporteurs aux gestes barrières.

Paul Kampakol et Cephas Ewangui lors de la signature de l'accord de partenariat
Paul Kampakol et Cephas Ewangui lors de la signature de l’accord de partenariat

Grâce à la signature de l’accord de partenariat, la coordination a bénéficié d’une importante dotation de matériel de sensibilisation (affiches, mégaphones…) ainsi que de dix mille bavettes et une enveloppe financière destinée à prendre en charge les besoins de fonctionnement de la  Coordination des organisations de la société civile pour l’accompagnement de la riposte à la Covid-19 (Cnar-covid-19).

Nous avons pu mener une interview[1] avec le coordonnateur de la Cnar-covid-19 et recueillir de plus amples informations sur la démarche utilisée ainsi que les grandes activités qui sont prévues dans les jours à venir, dans le cadre de ladite riposte.

Paul kampakol dans son bureau
Paul kampakol dans son bureau

Paul Kampakol a déploré le fait qu’il n’y ait pas eu grand changement, quant à la prise en charge des nouveaux vulnérables, alors que plusieurs propositions ont été suggérées par la coordination au ministère des Affaires sociales et de l’action humanitaire.

Pour finir, il a adressé un message à l’endroit des membres de la société civile, les invitant « à prendre conscience, à continuer à être aux côtés de la population, et à être crédible. »


 [1] Propos recueillis le 1er juillet 2020

Le CCOD a un nouveau président

Le 12 juin 2020, le Conseil de Concertation des ONG de Développement (CCOD), membre actif du PCPA Congo a tenu son Assemblée générale élective dans la salle du conseil du Forum des Jeunes Entreprises du Congo (FJEC) à Brazzaville.

IMG_20200708_115714 A l’issue des débats et des votes des 22 participants représentant 11 ONG, Jean Félix BATANTOU OUMBA communément appelé « Bajean » par ses pairs a accédé au poste de président pour un mandant de 2 ans renouvelable une fois.  A ses côtés, Mme Irma Blandine Nkounkou de la Société mutualiste des élèves étudiants et enseignants du Congo (SMEEC) assume la fonction de vice–présidente.

Bajean est le président de l’Association terre et village (ATV) également membre du PCPA Congo. Il succède à Paul Kampakol, secrétaire général du FJEC.

En appui à ce binôme, Clotaire Loubelo Nsiloulou et Florent Bizongo, respectivement secrétaire exécutif et assistant administratif et financier, tiennent la permanence du réseau.

Pour l’heure, deux défis majeurs guident leurs actions, à savoir :

  • Améliorer la participation des membres dans la réflexion stratégique et le paiement des cotisations statutaires ;
  • Implanter le CCOD sur toute l’étendue du territoire national.

Crée en 1993 avec seulement 8 associations membres, le CCOD en compte désormais 16. Les adhésions sont toujours ouvertes, et, pour l’heure, concernent essentiellement les OSC basées à Brazzaville.

En termes d’activités, le CCOD s’attelle depuis un certain temps déjà, au renforcement des capacités de ses membres à travers une série de formations sur le plan organisationnel et institutionnel, et gère également un projet important pour la Plate-forme Dette et Développement (PF2D), sur fonds européens.

Pour rappel, ladite plateforme a été mise en place en 2016 sous l’impulsion de membres du PCPA. Plusieurs membres du CCOD sont des membres actifs de la PF2D.

Deux membres du PCPA dans la Coordination nationale de riposte

Des réflexions menées par des représentants de réseaux et d’associations, sous l’impulsion du Conseil consultatif de la société civile et des ONG du Congo, ont abouti à la mise en place de la Coordination des OSC pour l’accompagnement de la riposte au COVID-19 en République du Congo.

cnar covid création
Prise de vue pendant la réunion officielle de création de la coordination

Deux responsables d’OSC membres du PCPA participent à la gouvernance de cette entité. Il s’agit de Messieurs Paul Kampakol, Secrétaire général du Forum des jeunes entreprises du Congo et Davy Louvouezo, Représentant Congo de Médecins d’Afrique, respectivement en tant que Coordonnateur et Coordonnateur technique.

Dans ce cadre, Paul Kampakol a participé à une émission-débat diffusée sur Télé Congo dédiée à la prise en charge des personnes vulnérables dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. Déplorant le déni du travail abattu par la société civile, il a appelé le gouvernement à impliquer davantage les associations dans le processus, afin de gagner du temps et d’éviter les doublons, au lieu de réinventer la roue.

En faisant référence au PCPA Congo, il a profité de cette tribune pour rappeler que l’esprit de la coordination mise en place est d’accompagner les pouvoirs publics dans cette lutte par le biais de la concertation, afin de trouver les meilleurs moyens de prise en charge des vulnérables déjà répertoriés dans le cadre du projet Lisungui, et de nouveaux vulnérables du secteur informel, qui ne peuvent mener leurs activités normalement à cause de la pandémie.

Nous vous invitons à retrouver l’émission dans son intégralité sur notre page Facebook.