Sensibilisation Covid-19 : 27 membres de l’ACBEF bientôt déployés dans les quartiers périphériques de Pointe Noire

L’Association Congolaise pour le Bien-Être Familial (ACBEF), a organisé le 27 juin 2020 à Pointe  Noire dans la salle de réunion de l’hôpital de base de Tié-Tié, une formation  des formateurs à l’endroit de ses membres, sur les bons gestes à adopter en période de Covid-19.

Organisée pour accompagner la mise en œuvre de la stratégie dite avancée de l’ACBEF qui consiste à délocaliser ses prestations  pour être plus proche de la population, cette formation  a connu  la participation de 27 personnes dont 16 membres volontaires et 11 salariés des cliniques de l’ACBEF, personnels soignant et non soignant confondus.

Eu égard du déconfinement et de l’ampleur que prend l’épidémie, Il s’est agi de faire un état des lieux sur l’évolution de la Covid-19, au Congo et dans le monde en général, et à Pointe Noire  en particulier. Les notions suivantes ont été abordées :

  • Définition des cas
  • Surveillance épidémiologique dans un district sanitaire : attentes de la communauté (ONG)
  • Prévention et contrôle des infections
  • Conduite à tenir en face d’un cas confirmé de Covid-19 dans la communauté.

Dans les jours qui suivront, le personnel et les membres volontaires de l’antenne ACBEF Pointe Noire vont se déployer dans les quartiers périphériques de la ville pour assurer à la fois la sensibilisation à la Covid-19 et offrir des services de Santé Sexuelle et Reproductive (SSR) aux populations vulnérables qui ont désormais du mal à se rendre dans les cliniques à cause des difficultés liées au transport du fait de la pandémie de Covid-19.

Quelques images de l’activité :

Covid-19 : Déclaration des OSC du Congo sur la liberté de circulation des populations

Nos organisations sont toutes membres du Programme Concerté Pluri-Acteurs du Congo (PCPA– Congo) qui regroupe 143 organisations de la société civile congolaise et française en vue de lutter contre la pauvreté et les inégalités au Congo. Elles suivent avec une attention soutenue les mesures sécuritaires de riposte au COVID-19 que le Président de la République a éditées depuis le début de cette pandémie au Congo. (Cf. déclaration du Président de la République du 28 mars 2020).

Parmi les autres dispositions prises par le gouvernement, figure l’obtention d’un laissez- passer pour circuler pendant le confinement. La situation est très préoccupante. En effet, le fait d’avoir des laissez-passer ne garantit même plus la liberté de circuler (Cf. les actions de la Police dans la matinée du 23/04/2020 à Brazzaville en contradiction avec les directives du ministère de l’Intérieur : des particuliers à qui on a ravi leur laissez-passer, des commerces alimentaires qu’on a contraint à la fermeture). Nos organisations constatent avec regrets qu’en plus il n’est pas aisé d’obtenir ce laissez-passer et que son obtention n’est pas toujours gratuite. Cela dépend des administrateurs et des localités.

Quelques constats relatés :

Le quotidien « Les Dépêches de Brazzaville » du 2 avril 2020, rapporte : « Les services de la direction générale de la Police ont commencé à distribuer un laissez-passer aux usagers qui en ont droit mais sur certains points de contrôle les agents divergent sur la validité de ce macaron signé des autorités habilitées. »

Dans de nombreuses localités du pays, l’obtention du laissez-passer nécessite le paiement d’une certaine somme. Cependant, à Moungali à Brazzaville, le laissez-passer est délivré gratuitement et il est valable pour toute la période du confinement. Par contre, les habitants de Madibou (Brazzaville) n’ont accès qu’à un laissez-passer d’une durée de 48h à partir de la date d’obtention. A Pointe Noire, en dehors des jours d’ouverture de marché (lundi, mercredi et vendredi), les laissez-passer sont exigés sur les points de contrôle aux véhicules et aux motocyclistes les autres jours. Mais les populations des axes Tchimbamba, Mayinga, Ngoyo, et autres sont l’objet des tracasseries de la part des forces de l’ordre qui demandent des laissez-passer tous les jours en franchissant le pont d’Agricongo. Ce laissez-passer, d’une validité de 24h, n’est pas gratuit car son coût varie de 50frs à 200frs CFA dans les sites de délivrance et dans les points de passage.

« Réunis en plénière le 27 avril à Brazzaville, les membres de la chambre haute se sont indignés du fait que leurs autorisations de circulation dûment signées par le président du Sénat, ont été saisies et parfois même déchirées par des agents de police. » (extrait de l’article du 28 avril tiré du site web des dépêches de Brazzaville, http://www.adiac-congo.com/content/confinement-la-police-dechire-les-autorisations-de-circulation-des-senateurs-115643)

Recommandations/ Sollicitations

 Au gouvernement 

Nous sollicitons du gouvernement qu’il veille à la bonne observation des dispositions prises, et à leur application sur l’ensemble du territoire.

– Qu’il clarifie les modalités de délivrance du laissez-passer aux populations ;

– Qu’il garantisse un égal accès aux laissez-passer, c’est à dire :

  • Gratuité dans l’obtention des laissez-passer sur toute l’étendue de la République du Congo.
  • Durée de validité du laissez-passer uniformisée sur toute l’étendue du territoire.

Aux populations 

Nous encourageons toutes les personnes lésées dans l’obtention des laissez-passer de se rapprocher des OSC de défense des droits humains ou de défense des droits des consommateurs de leur localité en vue d’une médiation auprès des autorités compétentes.

Fait à Brazzaville, le 30 avril 2020

Signataires :

Cette note a été rédigée par les organisations de la société civile suivantes :

– A Brazzaville : CARITAS Congo et l’Observatoire congolais des droits des

consommateurs (O2CD).

– A Djambala : Association pour l’intégration au développement durable (AIDD).

– Pointe Noire : Association de défense des droits des consommateurs du Congo

(ADDCC) et le Cercle d’action pour la promotion du bien-être social (CABS).

Téléchargez la version PDF de ce message

 

Le combat d’AJID aux côtés des jeunes artisans pour la protection de leurs droits

Avec le cofinancement de l’Union européenne (UE)  et l’Agence française de Développement (AFD), l’Association des Jeunes pour l’Innovation au Développement (AJID) a mené dans le cadre du projet Agir ensemble pour la défense des droits des minorités et groupes vulnérables, un microprojet qui a permis d’accompagner des jeunes artisans (détenteurs de droits) âgés de 18 à 30 ans dans les villes de Dolisie et Pointe Noire.

Les activités relatives à ce projet constituent en réalité une continuité, dans la mesure où les artisans accompagnés avaient auparavant bénéficié d’une formation d’insertion professionnelle à travers le fonds d’appui aux projets du PCPA Congo. Elles ont été menées en consortium avec son partenaire de longue date, l’Association pour l’Assistance et le Développement des Jeunes Filles Mères (AADJFM) de Dolisie.

Pendant la durée du projet, il s’est agi d’animer des sessions de formation et d’information visant l’éveil de la conscience et l’autonomisation des jeunes artisans appelés à connaître leurs droits pour en faire bon usage. Parmi ces droits on cite entre autres, le droit à un travail décent, le droit à la sécurité sociale, le droit à la formation, le droit à une fiscalité transparente et juste.

Pour faciliter la lecture à ces jeunes artisans déscolarisés pour la plupart, un recueil des extraits des textes nationaux et internationaux sur les droits économiques, sociaux et culturels (DESC) a été produit et distribué. Pour sa conception, les porteurs de projet se sont appuyés sur des instruments officiels tels que la Constitution congolaise de 2015, la loi 07-2010 du 22 juin 2010 portant organisation de l’artisanat, la loi 09-2000 portant protection de la jeunesse, la Déclaration universelle des droits de l’Homme, la convention africaine des droits de l’Homme et des peuples, le code de sécurité sociale, le code général des impôts, la loi des finances 2019.

Dans le but de vulgariser ces notions, des descentes de sensibilisation ont été réalisées dans les ateliers des artisans à Mpaka (Pointe Noire) et dans les deux arrondissements de Dolisie.

Après avoir menées des actions de plaidoyer à l’endroit des autorités politico administratives, judiciaires et traditionnelles (débiteurs d’obligations), le consortium a pu recueillir 33 engagements sur l’application de ces textes.

Nous (LPC) avons contacté le coordonnateur du projet M Roger Matoko (RM) recueillir ses impressions après clôture du projet

 LPC : Quelles sont les réussites de ce projet ou selon vous, qu’est- ce qui a le plus marché ?

RM : La mobilisation et l’implication des bénéficiaires et des parties prenantes surtout les pouvoirs publics dès le départ, l’appropriation du projet par les bénéficiaires enfin la concertation et le dialogue entre artisans et pouvoirs publics à travers les espaces de concertation mis en place.

LPC : Quels sont les pouvoirs publics qui vous ont accompagné dans le cadre de ce projet et quels ont été leurs apports ?

À Dolisie et à Pointe Noire, nous avons été accompagné par les directions départementales de la jeunesse, celles des Droits humains ; l’agence nationale de l’artisanat, la mairie et la chambre de commerce. Leurs apports ont consisté au portage institutionnel, à la mobilisation des artisans et des autorités politico administratives, et judiciaires et traditionnelles. Grâce à eux, le projet a bénéficié de l’émergence d’un environnement institutionnel favorable au respect et à la protection des droits des artisans.

LPC :  Pouvez-vous nous dire combien de comité DESC ont été créé, et à quoi servent-ils ?

RM : Nous avons mis en place 2 comités DESC, l’un à Dolisie et l’autre à Pointe Noire. La création des comités DESC est une volonté d’action et de mobilisation locale. Le comité DESC est un outil de plaidoyer et un mécanisme de revendication et d’exigibilité des droits des artisans. Il sert donc à mobiliser facilement et plus rapidement de manière régulière et directe les doléances qu’expriment les artisans.

LPC : Quelles sont les activités qui continuent après clôture du projet ?

RM : Bien que le projet ait été clôturé, il y a quelques actions qui continuent d’être réalisées, à l’instar de l’accompagnement des comités DESC et des autres artisans dans leurs démarches administratives, l’identification des besoins en formation des capacités des artisans, le dialogue permanent avec les pouvoirs publics et les artisans, la sensibilisation des artisans sur les mesures barrières

LPC : Si vous deviez améliorer quelque chose à votre projet laquelle serait-ce ? 

RM : Nous voulons accroitre le niveau de contribution de l’artisanat dans la réalisation du PIB (création d’emploi, transformation de l’économie locale, réduction de la pauvreté…), l’amélioration des conditions de vie des artisans et l’amélioration de la concertation et du dialogue entre les parties du secteur de l’artisanat prenantes dans les communes de Dolisie et de Pointe-Noire.

Covid-19 : Actions des membres français présents au Congo

  • L’association Actions de Solidarité Internationale (ASI) procède à la distribution de kits alimentaires auprès de leurs bénéficiaires (jeunes filles-mères et enfants), son unité mobile de santé (UMS) continue les consultations à domicile et ses centres d’hébergement d’urgence accueillent actuellement des filles mineures sans domicile fixe. L’OSC a mis en place un atelier de confection de masque par ses bénéficiaires.
  • Apprentis d’Auteuil a mis en place un projet d’urgence Covid -19 en passant par le REIPER et ses structures membres (en particulier les centres d’hébergement des enfants en situation de rue).
  • La plateforme France Volontaires a réfléchi à l’adaptation de ses actions au contexte de la Covid-19, ainsi que sur la préparation de la post-crise du Covid-19 en partant de la question « comment le volontariat et FV peuvent-ils apporter des réponses nouvelles ? »
  • L’ONG Initiative Développement (ID) a mis à disposition des autorités locales son véhicule pour faire une tournée de sensibilisation aux gestes barrières à la Covid-19 dans les villages de la sous-préfecture de Zanaga dans le département de la Lékoumou. A Brazzaville, l’OSC a acheté des masques aux jeunes filles soutenues par ASI. Ces masques ont été distribués au personnel d’ID et à leurs familles.
  • Yidika Village international a organisé une collecte pour permettre la distribution de kits alimentaires et d’hygiène à une dizaine de familles vulnérables à Dolisie.

Covid-19 : Actions des membres dans le département de Pointe Noire

  • L’Association des jeunes pour l’innovation et le développement (AJID) participe à des campagnes de sensibilisation sur les gestes barrières avec les chefs des quartiers 607, 315 et 316. L’OSC a également procédé à une dotation de matériel en tissus et élastiques aux artisans locaux pour la fabrication de masques. Depuis peu, elle effectue des prestations de désinfection de locaux, en consortium avec l’Association pour la Nouvelle Vision (APNV) et le Groupement des Opérations Ponctuelles (GOP).
  • L’Association congolaise pour le bien-être (ACBEF) a fait de la sensibilisation sur les mesures barrières aux patients de sa clinique et à un plus large public à travers les médias (radio du Centenaire, radio Ponton FM, télé TPT). L’OSC a mis en place un dispositif SMS Alerte sur la Santé Sexuelle et de la Reproduction (SSR) pour répondre aux interrogations des jeunes et adolescents sur la SSR et le Covid-19. 5 de ses animateurs sont désormais mis à disposition de la Commission départementale de sensibilisation sur le Covid-19 supervisée par la préfecture de Pointe Noire.
  • L’Association de Promotion et de Prestation des Soins de Santé (APPSS) fait de la sensibilisation des populations fréquentant leur centre de santé situé au quartier Ngoyo cote Mateve de Pointe Noire. Par insuffisance des masques, l’équipe du centre fabrique des masques traditionnels avec du papier essuie tout, des élastiques et des agrafes. Elle sollicite un soutien extérieur.
  • L’Association Nationale pour l’Education Prénatale (ANEP) fait de la sensibilisation à travers 5 de ses animateurs mis à la disposition de la Commission préfectorale de riposte au Covid-19 qui est un consortium monté avec 20 organisations sous le label de la préfecture du Kouilou.
  • L’association Psy-Aides (PSA) fait de la sensibilisation sur la Covid-19 auprès de ses bénéficiaires.
  • L’association Congo MOD (ACM) a été sélectionnée pour la production des masques artisanaux homologués par le gouvernement, et a reçu une commande de 21.600 masques par la Chambre de commerce de Pointe Noire ainsi que de 1.000.000 masque par le Ministère de l’artisanat, en vue de fournir Pointe Noire, le Kouilou et Dolisie.
  • L’Association de Défense des Droits des Consommateurs du Congo (ADDCC) fait de la sensibilisation sur les mesures barrières contre le Covid-19 et lutte contre la vie chère (prix du transport et des denrées alimentaires) à travers différents plaidoyers.